Des nœuds dans mon fil

lundi 10 mars 2014

Les enfants nous traînent en avant.

Lorsque les enfants étaient petits, j'étais seule maître à bord (avec Monsieur Alphonse, il va de soi). Je décidais de tout (et je m'en plaignais), je les tirai avec force en promenades, je leur imposais de se laver, puis de sortir de la baignoire. Bref, j'attendais avec impatience le jour où ils seraient plus autonomes et raisonnables.

A ce jour, ils sont plus autonomes et parfois plus raisonnables. Ils vont sous la douche si je le leur demande, et en sortent assez vite. Ils viennent se promener en râlant et reviennent contents. Ils font leurs services avec efficacité et ne grognent plus que rarement.

Par contre, ils sont insupportables parce qu'ils deviennent incisifs et se permettent de me dicter ma conduite.

Amélie passe doucement son doigt sur le passepoil de ma jupe pour me faire comprendre qu'il est mal posé et qu'on voit la couture du biais. Ma réflexion "Je ne te paye pas des cours de couture pour que tu puisses critiquer mon travail" l'a simplement fait rire.

Albert fait des commentaires off sur mes articles de blog : "le dernier ressemble à un mauvais reportage, l'autre jour c'était mal écrit, et puis ton choix de vocabulaire n'était pas judicieux. Tu devrais t'abstenir de poster des articles moins bons, et te remettre à publier des articles truculents." 

Antoinette m'a demandé si j'avais bien pris ma résolution de carême et m'a indiquée celle qui me conviendrait. Ben voyons. Elle en a immédiatement ajouté une autre lorsqu'un mot d'oiseau s'est malencontreusement envolé de ma bouche.

Anatole me fait sévèrement remarquer que ses petits frères sont éduqués avec un laxisme déplorable vu qu'ils n'aident jamais. C'est oublier un peu vite qu'il vient tout juste de raser son poil dans la main.

Ambroise déplore mon manque d'esprit qui me permettrait de comprendre l'intégralité de ses jeux de mots, et de répondre avec justesse et exactitude à ses devinettes. 

Augustin m'organise avec conscience tous ses mercredis après-midi. C'est un garçon d'extérieur qui aime sortir et se promener. Il m'entraîne dans des balades où il passe son temps à râler parce qu'il aurait aimé prendre le bus !

Voilà pourquoi je ne peux me cristalliser, je suis dans l'obligation d'avancer, de me perfectionner, de faire de plus jolis points de couture, d'écrire des articles plus picaresques, de suivre avec exactitude les efforts surhumains qui me sont impartis, de revoir mes notions d'éducation avec mes plus jeunes enfants uniquement, de faire travailler mon cerveau pour comprendre les circonvolutions des savants, et de dominer l'automate distributeur de tickets de bus que je ne sais toujours pas utiliser.

Je n'ai pas fini d'avancer...


32 commentaires:

  1. C'est cela le bonheur en famille, non !

    RépondreSupprimer
  2. Et tu oses me dire que ça ira mieux quand mes enfants sont plus grands ?!!!
    Ceci dit, mes enfants ne sont pas très grands, mais il y a bien longtemps que je ne suis plus maître à bord : ils étaient à peine nés que leurs cris nocturnes hachaient mes nuits et que mes journées étaient organisées en fonction de leur bon vouloir à téter à des horaires convenables.
    Depuis, je crois avoir fait le ménage, mais des lutins ont marché dans la salle avec des bottes pleines de boue; je crois avoir rangé, mais des jeux et des livres jonchent le sol; je crois avoir fait les lits mais on retrouve des petits bipèdes en train de faire des glissades sur le sol avec leurs couettes...
    Somme toute, le jour où l'on a des enfants, je crois bien qu'il faut se résigner à abandonner toute espèce de volonté propre et de maîtrise de sa vie... j'essaie d'y voir l'apprentissage de l'abandon à Dieu. j'essaie...

    RépondreSupprimer
  3. Ah ah ah ! Tu me fais autant rire que ce midi mon fils aîné qui m'a sorti "Toi Maman tu es toujours en vacances" (J'avoue en battant ma coulpe qu'à l'époque j'avais dit la même chose à ma propre mère... et maintenant je comprends mieux pourquoi elle m'avait répondu qu'en fait elle n'était jamais en vacances...) Donc bonnes vacances sans fin à toi !

    RépondreSupprimer
  4. Heureusement, il semblerait que je vive la même chose à la maison... Alors que je tentais de retenir les noms d'oiseau dans la bouche de mes grandes, elles me font remarquer maintenant que la p'tite laisse les oiseaux s'envoler... Que cet endroit là, Charlotte, (ma locataire tisseuse de dentelle dans le coin en haut de ma buanderie) est toujours décoré de belles toiles... Hier, rentrée des classes dans le Nord, j'ai fait le ménage, repassage et toutes autres activités gratifiantes infligées à la mère de famille.... Au moins, la chanson de Aznavour n'est pas prête de correspondre aux mamans.

    RépondreSupprimer
  5. Naissance un jour, évolution toujours....

    RépondreSupprimer
  6. Albert va se délecter de cet article ... enfin je l'espère.
    J'ai ri en le lisant et j'aime particulièrement quand chacun de tes enfants est cité, je sens beaucoup de justesse dans ces descriptifs.
    Grâce à nos enfants nous repoussons bien des limites que l'on croyait pourtant atteintes depuis longtemps (par exemple maintenant je dors les yeux ouverts, je sais faire des gougères et des queues de cheval -mieux que la maîtresse- et grâce à Dora je parle de nouveau anglais... je vais devenir SUPER).

    RépondreSupprimer
  7. Je passe du stade "super" au stade "naze", ça dépend des jours ... j'adore ces échanges avec les enfants, et surtout, ça me rassure de les voir contester, négocier, argumenter, le travail n'a pas été si mal fait ! Mais multiplier par 2, c'est pas un peu épuisant des fois ???

    RépondreSupprimer
  8. Excellent cet article!!! je trouve ça touchant de voir en filigrane le caractère de chacun de tes enfants! mes grands ont six ans et ne cessent de me reprendre, je crois que ça fait longtemps que je ne suis plus maître à bord!! courage!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas besoin de courage, je m'amuse ! Quand ils dérapent, je les remets à leur place. Mais en l’occurrence, leurs réflexions sont bien gentilles !

      Supprimer
  9. C'est génial les enfants qui grandissent, je trouve.
    J'aime aussi me sentir tirée en avant ( et parfois poussée ... ) par mes ados .
    Professeur Albert, j'espère que vous noterez bien votre chère Maman, cet article est excellent. En convenez -vous?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en convient aisément, c'est pourquoi je me permet, sous votre commentaire, quelle audace ! , d'affirmer haut et fort que cet article est sinon truculent, du moins admirable et passionnant. Que ma chère Mère puisse continuer ainsi sur ce chemin de la langue comme elle seule sait si bien le faire !

      Albert

      Supprimer
    2. Vous êtes aussi doué que votre maman ... sauf en orthographe ;-))))
      Avec " je " mon cher, et au présent de l'indicatif la désinence des verbes du troisième groupe est "s" ; -)
      C'est la déformation professionnelle qui me fait parler, n'en prenez pas ombrage .
      Par ailleurs je suis flattée que vous m'ayez répondu si promptement.

      Supprimer
    3. Diantre, me voilà pris !!
      Je doi(s) admettre, et je convien(s), que l'orthographe n'est vraiment pas la qualité qui prédomine chez moi.
      C'est pourquoi je prend(s) ce petit cours avec toute la dignité qui me reste, en vous remerciant et en espérant ne plus commettre de fautes... jusqu'à la prochaine fois.

      Albert

      Supprimer
  10. Mouuuuaahaahhahaha! je croirais me lire dans un miroir!!! Merci pour la tranche de rire!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis ravie que tu t'amuses autant que moi !

      Supprimer
  11. J'ai l'Impression que tu adores cela qu'ils te poussent... Oui, je dois reconnaître aussi que les enfants nous bousculent et c'est tant mieux! Meme si parfois, hein.... je n'imagine pas s'ils sont six à s'y mettre! C'est sûr, tu seras plus grande que moi!

    RépondreSupprimer
  12. Vaut mieux qu'ils te traînent en l'avant qu'en arrirère. Vois, depuis ce matin ma paupiette défait tout ce que je fais. Elle me traîne en arrière et franchement, jepréfèrerai avancer un peu.

    RépondreSupprimer
  13. bbbfran/3B.fran@orange.fr11 mars 2014 15:39

    Oh combien ils t'aiment! Gros bisous à vous tous. Francoise76

    RépondreSupprimer
  14. Et encore, tu as échappé à la tyrannie de l’enfant roi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais mes enfants n'ont pas échappé à la tyrannie de l'esclavagisme. Lorsque nous avons besoin d'aide, nous appelons : "Y a-t-il un esclave pour nous aider ?"

      Supprimer
  15. Ce qu'il y a de bien, c'est qu'une fois que les enfants auront quitté le nid, les petits enfants prendront la relève !
    Impossible de stagner dans ces conditions...

    RépondreSupprimer
  16. Oui, tout va pour le mieux, Je n''aurai pas besoin de mettre du vernis à ongle noir sur ce doigt là pendant un an.

    RépondreSupprimer
  17. tres joli billet j'aime bien ! c'est très agréable a lire…. (je viens de chez PomdePin et aujourd'hui, j'ai enfin pris le temps de cliquer sur ton lien) O

    RépondreSupprimer
  18. Eh oui, c'est ce qui est bien avec les enfants, c'est qu'on est obligé d'avancer, surtout quand on voudrait rester cloitrée sous la couette....
    N'empeche, j'ai aussi la furieuse impression d'être comme la Bécasse, à refaire ce qui vient d'être fait....
    Je rêve d'une cuisinière à qui je donnerais des ordres pour les menus, ce serait CA les vacances pour moi en fait.......
    Et le premier qui dit que les mères de famille sont en vacances tranquilles chez elles recoit nos enfants pendant un week-end... on en reparle ensuite....

    RépondreSupprimer
  19. Et imagine ce que c'aurait été si tu avais eu encore cinq enfants de plus... !

    RépondreSupprimer
  20. Jeunes gens, on ne critique pas sa maman, eu égard à son grand âge !.... Toutefois vous pouvez encore vous moquer gentillement pour la faire progresser....

    RépondreSupprimer
  21. Et bien Albert doit être très satisfait aujourd'hui parce que cet article est parfait. Il rend hommage à la particularité de chacun de tes enfants avec humour et causticité...
    Moi j'en suis encore au stade où j'attends avec impatience l'acquisition d'une certaine autonomie....

    RépondreSupprimer
  22. Mes enfants, peut être bien malgré eux , m'apprennent à grandir. Et c'est magnifique, même génial au sens premier, même si je 'ne ai que deux mais quels deux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Laisser leur personnalité aux enfants n'est pas facile, mais tellement plus riche !

      Supprimer
  23. Tes enfants lisent ton blog ?! Je ne me suis même pas posée la question simplement pour les miens…Je ne crois pas qu'ils me lisent. Mon mari non plus. Il ne comprendrait même pas mes jeux de mots :) Quant à Anatole, il me fait rire : Je faisais la même remarque à mes parents pour mes petits frère et soeur de 12 et 14 ans de moins que moi. Ils ont reçu une éducation bien moins stricte que la nôtre les aînés, enfin, c'est l'impression que nous avions en rentrant le temps des vacances chez nos parents….(On disait sans intention de vouloir blesser maman qu'ils recevaient une "éducation de vieux"… Un peu de jalousie je l'avoue certainement…:)

    RépondreSupprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.