Des nœuds dans mon fil

mercredi 24 août 2016

La comtesse de Ségur enfin comprise

Dans mon enfance, j'ai lu tous les livres de la comtesse de Ségur. Je les ai même lus et relus plusieurs fois. Cette vie de château me faisait rêver, ces enfants éduqués par une bonne me laissaient songeuse, mais je crois que ce que j'aimais par-dessous tout, c'étaient les visites à la ferme avec le bon lait crémeux bu au pis de la vache (ou presque), les fruits dégoulinants de jus sucré, et les murs blanchis à la chaux.
 
Mon dictionnaire m'informait soigneusement au sujet de la chaux : c'est une poudre de calcaire. Malheureusement il ne me disait rien sur la façon de badigeonner les murs à la chaux pour les blanchir.
 
Mais voilà qu'avec les travaux dans notre vieille maison, nous avons décidé d'utiliser les méthodes ancestrales pour peindre nos murs. J'ai appris ce qu'est la chaux, j'ai vu une usine de chaux, je sais ce qu'est la chaux vive, la chaux éteinte et la chaux hydraulique. Par conséquent, je peux affirmer sans me tromper que tomber dans de la chaux (ce qui est arrivé à un personnage de la comtesse de Ségur) est une catastrophe.
 
Après avoir posé le torchis, il a fallu passer les murs à la chaux. Ce badigeon (gris) se fabrique à l'aide de chaux vive mélangée avec de l'eau dans des proportions calculées . On le passe sur les murs, en séchant il blanchit. Et voilà percé le secret du mur blanchi à la chaux !
 
C'est une sous-couche, j'appliquerai ensuite une peinture à la chaux contenant des pigments. Ma cuisine sera jaune citron. J'ai dit. En attendant, des photos pour illustrer mon billet :
 
Pièce dont le plafond de torchis a été descendu. Le torchis au sol m'a permis de remonter les murs et de colmater les trous autour des fenêtres et dans les murs existants. Nous avons recouvert le torchis pour le protéger des morceaux de plâtre qui le rendraient impropre à l'utilisation.

Chaux vive

On verse de l'eau sur la chaux en remuant



Chaux prête à l'emploi


Pièce prête à être peinte, après un mois de travail.
 
 
 

vendredi 19 août 2016

Le torchis (2)

Une fois le torchis prêt, il faut le poser...
 
En Alsace, les poutres sont creusées en leur milieu pour créer une goulotte. On prend ensuite des morceaux de bois (appelés palissons) que l'on taille aux extrémités pour les faire entrer dans les goulottes. On les pousse en place à coups de marteau. Le plus difficile est de faire entrer la dernière pièce.
 
Le torchis se pose en trois épaisseurs, et se travaille de part et d'autre du mur, toujours du bas vers le haut. La première couche s'applique en la poussant dans les interstices, et la faisant coller au bois. Je travaille par tranches de 10 cm, puis je passe à l'autre côté. Je fais de gros trous avec mes doigts pour bien faire adhérer la terre aux palissons. La deuxième couche est moins irrégulière, et je profite de la troisième pour lisser le tout à la main.
 
C'est un travail très agréable à faire. Très long aussi.
 
L'avantage, c'est que la terre se glisse partout, bouche tout, permet tout. Je voulais insérer une tête de renard et une tête de poule dans le haut du mur, mais Monsieur Alphonse n'a rien compris à mon histoire de "renard qui essayerait d'attraper la poule, mais ne le pourrait pas, parce qu'il serait pris dans la terre, mais que peut-être une nuit il arriverait à se libérer, et qu'on ne le remarquerait qu'au matin". J'ai donc abandonné (provisoirement) l'idée.
 
Dans les travaux, nous avons définitivement perdu le magnifique papier peint couleur Sépia représentant des fables de La Fontaine. Je vous donne ici un aperçu du mur que nous regrettons déjà !!! 

 
 

 







 


mardi 16 août 2016

L'aura-t-elle ?


- Vous dites que vous êtes bilingue français-allemand ?
- C'est exact.
- Nous allons donc poursuivre cet entretien en allemand.

Depuis dix minutes, Ernestine, qui a répondu à une proposition d'entretien d'embauche chez Esprit, se donne totalement à cet exercice difficile. Elle VEUT absolument décrocher ce poste dans le magasin d'habillement. Il faut parler le français, et avoir d'excellentes connaissances en allemand. Pour l'instant il n'y a pas de difficulté particulière. La DRH assise devant elle lui propose à présent un jeu : Ernestine va devoir jouer le rôle de la vendeuse, l'examinatrice celui de l'acheteuse insupportable, le tout en allemand.

Ernestine est sûre d'elle, elle possède parfaitement le vocabulaire de la mode, les couleurs, les formes, les noms des vêtements... Elle n'avouera pas à son interlocutrice que son passe-temps favori consiste à  surfer sur les sites de mode, particulièrement sur celui d'Esprit. Elle procède toujours de la même façon : elle se connecte sur la page "accueil", choisit sa langue, et clique dans un ordre logique tous les liens proposés. Elle connaît parfaitement tous les articles proposés, les choix de couleurs pour chaque vêtement, leur prix, les tailles.

C'est ainsi qu'elle peut conseiller utilement la DRH, lui proposer d'assortir le pantalon stretch décontracté "brown grey" avec le manteau en laine mélangée "sand". Elle lui parle longuement des nouveautés, des montres, des sacs et accessoires, finalement elle lui propose dans un éclat de rire d'assortir ses vêtements aux rideaux vendus dans la même boutique.

Brusquement, la DRH l'interrompt : "Ca suffit comme ça". Ernestine est troublée, aurait-elle dépassé les limites autorisées ?... "Je vous engage. Quand pouvez-vous commencer ?"
 

mardi 9 août 2016

Le passeport périmé (complet)

Episode 1 :

 « Mon passeport est périmé ? Vous êtes sûr ? Ce n’est pas possible, il a moins de dix ans. Vérifiez, j’ai raison, regardez, il est de 2008.

- Non Madame, il est de 2003.

- Mais laissez-moi passer, je suis avec ce groupe.

- Impossible, vous ne pouvez pas passer, il faut rentrer chez vous.

- Faites quelque chose, dites-moi comment je peux faire pour partir.

- Il n’y a pas de solution, et mettez-vous de côté, avec tous les soucis techniques nous avons pris du retard.

 J’eus beau discuter, insister, solliciter, rien n’y fit. J’étais encore en train de négocier que l’avion décollait. Et comme j’avais pris un billet de groupe, il était impossible de décaler mon vol. Je me trouvai totalement désappointée lorsque je m’aperçus que tout mon groupe était parti sans moi, indifférent à mes soucis. Pourtant c’est moi qui avais tout organisé pour notre bande d’amis.

 Je me trouvai dans un immense hall d’aéroport, la valise à mes pieds, mon passeport à la main. Je regardai incrédule les horaires de départ défiler sous mes yeux. Je ne sais combien de temps je restai ainsi, immobile, mais d’un coup, dans ce hall devenu désert, je fus violemment bousculée par deux jeunes filles. Je ne les avais pas vues venir. Elles me prirent toutes deux par un bras et me dirent : « Allez, vite, nous allons être en retard ». Je n’eus que le temps de dégager un bras pour saisir la poignée de ma valise. Je fus littéralement emportée dans leur mouvement.

 Episode 2 :

Nous passâmes par une petite porte, courûmes à travers des couloirs immenses, descendîmes des escaliers et en montâmes d’autres et nous arrêtâmes soudain devant une porte vitrée donnant sur la piste. Nous n’eûmes pas longtemps à attendre, j’eus juste le temps de reprendre haleine quand un homme s’arrêta, au volant d’une voiture. Il nous fit signe de monter. Nous lançâmes nos valises dans le coffre, et nous assîmes. Le véhicule bondit sur le tarmac et nous emporta vers un hangar. Entretemps, j’avais eu le temps de reprendre mes esprits : « Où allons-nous ? » La jeune fille assise à côté de moi se mit à rire, mais ne répondit pas. Avais-je dit quelque chose de drôle ? De toute façon, nous étions arrivés. On m’entraîna dans l’avion dont le moteur tournait déjà, pendant que l’homme se chargeait d’arrimer nos bagages dans la soute. L’avion s’engagea sur la piste. Il était inutile d’envisager une conversation, le moteur de l’appareil était bien trop bruyant.

 Je le regardai faire demi-tour en bout de piste. J’ai toujours aimé les décollages. Cette sensation d’être suspendue dans l’air et porté par lui était sans cesse un nouveau bonheur. Nous montions vite. L’avion traversa les nuages et vola sous le soleil. J’étais éblouie. Je fermai les yeux. J’eus brusquement un éclair de lucidité : je venais de me faire enlever, mais pour quelle destination ? Rome ?

 Episode 3 :

J'étais installée sur la banquette arrière, une des jeunes filles était assise à côté du pilote, l'autre à côté de moi. J'essayai d'entrer en communication avec elle, mais elle n'écoutait pas, et de toute façon le bruit de l'avion aurait couvert mes questions. Je me retournai : derrière le dossier, on avait un accès direct à la soute. Il n'y avait que nos bagages. Pourtant, ce sac ? Se pourrait-il que ce soit un parachute ? Mais à quoi bon ? Je doutai qu'on me laisse déballer ce truc, et ensuite, je sauterais par où ? Et puis comment, je ne savais pas me servir d'un parachute.

Lorsque je me réveillai, nous étions en phase d’atterrissage. Il faisait nuit. Je ne pus tirer aucun indice de l’endroit où je me trouvai. J'aurais tout aussi bien pu me trouver en Sibérie que sous les tropiques. Combien de temps avais-je pu dormir ? Aucune idée, mais aussi pourquoi avais-je cette manie de vivre sans montre ? Un si petit avion ne devait pas avoir une autonomie très importante, je ne pouvais avoir atterri bien loin.

L’avion s’arrêta bien avant les bâtiments de l'aérogare. Ils n’étaient pas illuminés. Il n’y aurait donc aucune aide à trouver de ce côté. Je me levai en même temps que les deux autres passagères, et je m’extirpai du cockpit. Je sautai au sol, le pilote me donna ma valise sans dire un mot et je suivis mes deux compagnes. Elles marchaient à travers champs. Bientôt, j’eus les pieds trempés et j’avançais difficilement avec mes escarpins à talons aiguilles. Les deux demoiselles ne s’occupaient pas de moi. J’eus peur qu’elles ne me laissent en plan, mais au moment où j’allai les héler, l’une d’elle se retourna :

- Mais dépêche-toi donc.

- Je ne peux pas avec ces chaussures.

- Alors enlève-les et marche pieds nus, nous n’avons que trop de retard.

Je m’arrêtai, retirai mes escarpins pleins de boue.

- Allez, vite, sinon il sera encore mécontent.

- ZUT !

Mais que faisais-je là, et pourquoi les suivais-je ? Je ne savais même pas qui elles étaient, ni où j’étais, et encore moins où nous allions. Pour moi qui aimais avoir une petite vie rangée, c’en était trop. J’allais au plus vite rejoindre les bâtiments de l’aéroport. Mais où étaient-ils ? Avec cette nuit sans lune, je ne distinguai plus rien. Bon. Je pris une décision : « je vais rattraper ces deux filles, leur expliquer qu’il y a une erreur, et elles m’aideront à rentrer chez moi. »

Je courus pour les rattraper, mais déjà elles escaladaient la clôture en passant leurs sacs.

- Vite, pourquoi traînes-tu ? Ne sais-tu pas qu’il faut faire vite ?

L’une prit ma valise et d’un geste ample la fit passer par-dessus la palissade. Elle suivit en prenant appui sur un bras et en balançant ses jambes sur le côté. Je fis de même après avoir lancé mes chaussures à côté de ma valise. Je me rétablis tant bien que mal, tombai sur les genoux et les mains, me redressai, ramassai ma valise et mes escarpins et couru derrière les filles. Elles n’avaient qu’un petit sac à dos chacune, et je devais traîner une valise. Les escarpins me glissaient des doigts, mon sac à main ne tenait pas sur mon épaule, je finis par serrer mes chaussures contre moi. Je devais avoir piètre allure, mais ne m’en souciais pas, si je n’accélérai pas, je serai abandonnée.

J’étais pleine de boue : les pieds, les genoux, les mains. A présent mon chemisier et mon sac à main. Une pluie fine se mit à tomber. Je posai ma valise, écartai mes cheveux de mon visage. J’avais oublié la terre sur mes mains. Tiens, les jeunes filles s’étaient arrêtées à leur tour, j’allais enfin pouvoir leur poser des questions, leur parler et leur expliquer qu’il y avait une erreur.

 Episode 4 :

J’étais encore loin lorsqu’une voiture s’arrêta devant elles dans un crissement de freins. Elles se retournèrent vers moi et crièrent : « Allez, vite, vite, il va être furieux ». Je me dépêchai, les chaussures contre moi, la valise toute crottée à la main, le sac à main glissant, les cheveux trempés. En arrivant, le chauffeur me débarrassa de la valise et la jeta dans le coffre. Les filles me poussèrent dans la voiture, et nous voilà repartis. Le chauffeur avait mis la radio en marche, le son hurlant de la musique empêchait toute conversation. Je commençais à en avoir assez. Je me mis à hurler pour me faire entendre. Les jeunes filles me regardèrent avec étonnement. L’une me dit « Mais que se passe-t-il ? ». Le chauffeur tourna brutalement à droite ce qui me rejeta contre ma voisine, accéléra dans un chemin bordé d’arbres, et s’arrêta dans un crissement de frein devant une belle demeure.

Les deux femmes bondirent hors de la voiture, grimpèrent les marches du perron et s’engouffrèrent dans la maison. Le chauffeur me posa ma valise à côté de moi, et repartit encore plus vite qu’il n’était venu.

Aujourd’hui, je me rends compte que les décisions que j’ai pu prendre m’étaient comme dictées par l’extérieur. De moi-même, jamais je n’aurais suivi des étrangères dans un aéroport, ni accepté de grimper dans l’avion, ni couru à travers champs, encore moins je ne serais montée dans la voiture, et dans tous les cas, je serais repartie vers la route quitte à marcher durant des kilomètres pour trouver une ville ou à tout le moins une bourgade. J’ai donc fait ce que je n’aurais pas fait : j’attrapai la poignée de la valise, montai à mon tour les marches et tirai le cordon de la cloche qui pendait à côté de la porte.

Un majordome ouvrit la porte. Un majordome… je retins un sourire, je n’en avais jamais vu de ma vie. « Mademoiselle est attendue, elle est priée d’entrer ». J’entrai, le serviteur ferma la porte, traversa le hall, pénétra dans une pièce dont il ferma également la porte. J’étais à nouveau seule, mais cette fois, je n’en étais pas mécontente. Je me sentais tellement décalée au milieu de cette magnificence. Sur la droite, un escalier monumental se terminait sur une galerie. Devant moi, une immense cheminée, et partout, des portes. Je sentis le froid du marbre sur mes pieds, je baissai les yeux : mes pieds plein de boue et humides faisaient une flaque sur le sol. Brutalement j’eus un choc : je me vis dans un grand miroir placé à côté de la porte d’entrée. J’avais piètre allure : mon chemisier et ma jupe étaient tâchés, je tenais mes escarpins boueux sur mon cœur, j’étais échevelée et maculée de boue. 

 Episode 5 :

« Enfin, vous vous êtes fait attendre, mais vous voilà parmi nous. » Je me retournai et me trouvai face à un homme, grand, élégant, aux cheveux poivre et sel. Il devait avoir une cinquantaine d’années. Je regardai l’homme avec stupeur et tentai de prendre un air digne. Je me reculai de deux pas, posai mes escarpins sur le carrelage et les enfilai. Je senti des cailloux qui pénétraient ma plante de pieds, mais je ne me sentis pas le courage des secouer mes chaussures. En me relevant, je levai la tête, et le fixai avec effronterie : « Je vous prie de bien vouloir m’excuser, mais nous n’avons pas été présentés.

- Cela ne m’étonne pas. Veuillez me suivre.

- Ah non, il n’en est pas question, je ne bougerai pas d’ici. En voilà assez.

- Je vais demander à Manfred de vous conduire à votre chambre, puis vous nous rejoindrez pour le dîner ». Il tourna les talons et disparut dans une des pièces. C’était incroyable, une fois encore je me trouvai stupide, ayant manqué l’occasion de m’exprimer. J’aurais dû m’agripper à lui, lui intimer l’ordre de me renseigner, chercher à … Et puis en voilà assez. Je me baissai, retirai mes chaussures, les secouai sur le paillasson et les enfilai à nouveau, puis marchai en direction de la pièce où était entré l’homme. J’ouvris la porte : personne. J’entrai, c’était une salle à manger. La vaste table devait permettre à trente convives de se réunir autour d’elle. Je vis une autre porte, l’ouvris, et c’est ainsi que je fis le tour de tout le hall en passant dans les pièces en enfilade : après la salle à manger, le salon, puis un petit salon, puis une bibliothèque absolument somptueuse. Autour de la pièce courait une mezzanine. Deux escaliers en colimaçons permettaient d’y accéder. Mais je n’avais pas le temps de m’y arrêter. Je me retrouvai dans le hall. Où était donc passé cet homme ?

« Je vous en prie, c’est par ici, veuillez me suivre ». Manfred me précéda dans l’escalier magistral. Je le suivis. Nous gravîmes deux étages, arpentâmes un long couloir. Il ouvrit enfin une porte, me laissa passer, et dit « Le dîner sera servi à deux heures ». J’étais seule dans une immense pièce. Un lit à baldaquin sur la gauche, jamais je n’en vis un si grand. Des commodes, une magnifique armoire, de grandes fenêtres. Malheureusement il faisait nuit, je ne pouvais distinguer le parc. Je vis l’heure sur le réveil : une heure trente. J’avais donc une demi-heure pour me préparer. Je cherchai ma valise, je l’avais oubliée dans le hall. Malgré tous mes efforts, je ne pus ouvrir la porte : on m’avait enfermée. Le désespoir me prit à ce moment-là, et je réalisai pleinement que j’avais été enlevée et emportée dans un endroit tout à fait inconnu. Personne ne s’inquiéterait de moi avant trois semaines, puisque j’étais sensée être en vacances à l’autre bout du monde.

Je m’affalai sur le lit et me mit à réfléchir. Mais comme je n’arrivai à aucune conclusion, je songeai que si je devais être prisonnière, autant que ce soit dans un endroit luxueux plutôt que dans une cave humide. Je me mis donc à explorer ma chambre. L’armoire contenait des vêtements, tous à ma taille. Derrière une tenture, je trouvai un passage donnant sur une salle de bain. Je pensai que puisqu’on disait m’attendre pour dîner à deux heures du matin, et que de toute façon je n’avais pas sommeil, autant jouer le jeu de s’y préparer. Je me choisis une magnifique robe longue, pris une douche, me coiffai et maquillai. Il était près de deux heures. Machinalement, je me dirigeai vers la porte et l’ouvris, je me trouvai dans le long corridor.

 

Episode 6 :

Brusquement, Manfred fut à mes côtés. Par où était-il venu, et comment se déplaçait-il ainsi en silence, je ne le compris pas. Il me guida jusqu’à l’escalier, me précéda dans le hall et m’ouvrit la porte. Sur la longue table une nappe avait été déployée, des candélabres et un seul couvert, sur un des côtés. Il me fit asseoir et quitta la pièce. Je devrai donc manger seule. Je détestais manger seule. Si au moins j’avais été avertie, j’aurais emporté un livre.

Manfred revient aussitôt avec un plateau qu’il posa sur une desserte. Il me servit et posa l’assiette devant moi sans un mot. Je me tournai : il était immobile, tout près de la porte. Je mangeai en silence. C’était un plat froid, délicieux. Je refusai le dessert et fis mine de me lever. Il m’ouvrit la porte, et je sortis, seule dans le hall. Seul l’escalier était éclairé, il était clair qu’il me fallait monter et suivre les lampes qui devaient me guider vers ma chambre. Je m’affalai sur le lit et m’endormis immédiatement.

Ce sont les oiseaux qui me réveillèrent un peu après huit heures. Je choisis des vêtements et des chaussures confortables, espérant pouvoir m’échapper de cette prison. Cette fois pas de Manfred. Je descendis seule, pénétrai dans la salle à manger, mais rien n’avait été prévu pour le petit déjeuner. Je passai dans le salon et vis la porte-fenêtre grande ouverte sur une terrasse surplombant le parc. Il faisait beau. J’avisai une petite table qui m’invitait à y déjeuner. Lorsque j’eus terminé, l’homme aux cheveux gris grimpait les marches de la terrasse.

- Bonjour, avez-vous bien dormi ?

- Assez ri. Où suis-je ? Pourquoi m’avez-vous enlevée ? Je vous préviens, personne ne payera jamais de caution pour moi, ma famille sera trop contente de me voir disparaître.

- Vous êtes drôle. Qui parle de kidnapping ? Vous êtes libre d’aller et venir comme bon vous semble. Simplement, vous avez été amenée ici pour trouver un trésor. Libre à vous de rester ou de vous en aller. Que décidez-vous ?

Bien entendu, l’idée du trésor me semblait alléchante. Par ailleurs ma vie n’avait pas été mise en danger, tout me semblait calme et agréable. J’acceptai donc. Lorsque je levai la tête pour donner ma réponse, l’homme avait disparu. Je commençai à m’habituer à ces apparitions, disparitions. Je me levai et décidai de faire le tour du parc. Il était immense, fort bien entretenu, avec une partie de jardin à la française, un verger, et même un étang comportant une île en son centre.

Je rebroussai chemin vers le château. L’édifice était vraiment immense, la visite allait me prendre deux jours pour le moins. C’était un défi, il serait intéressant d’essayer de trouver le trésor dont j’avais été avertie. Jusqu’au soir, je passai de chambre en chambre, ouvrai les armoires, fouillai les tables de nuit, auscultai les murs… mais sans succès. Aux heures de repas, la table de la terrasse était dressée pour moi, avec un délicieux repas. Parfois Manfred me servait, souvent je ne le voyais même pas. En fait, je ne m’en souciai plus.

Le deuxième jour, je me consacrai à la visite des étages supérieurs et des combles. Le troisième jour fut réservé au sous-sol. Là régnait une magnifique cuisine. Manifestement mes repas devaient y être préparés, parce que le réfrigérateur regorgeait de victuailles, mais je ne m’y attardai pas. Le reste du sous-sol consistait en des caves successives, la plupart du temps vides.

Le troisième jour, je fouillai le rez-de-chaussée. Je terminai par la bibliothèque où je cherchai en vain un livre sur le château qui m’aurait mise sur la voie du trésor. N’ayant rien trouvé, je pris plusieurs livres tout à fait intéressants, et me mis à lire.

A partir du quatrième jour, on ne me vis plus sans un livre sous le bras. Je lisais du matin au soir, y compris dans la barque sur l’étang, ou pendant les repas. Je coulai des jours tranquilles, seule dans un silence royal que seuls les oiseaux osaient briser par leurs chants.

Episode 7 :

Ce n’est que vers le dixième jour que j’eus envie d’un peu d’action. J’avisai Manfred et lui demandai quel genre d’activités il était possible d’envisager dans ce coin perdu. Il me répondit laconiquement : « Ce soir il y a un grand dîner, il vous est demandé de vous mettre en robe du soir. Vous serez attendue dans le salon à 20 heures précises ».

Je me souvins alors qu’il y avait un trésor à chercher dans la maison. J’abandonnai l’idée de partir à sa recherche, je souhaitai encore profiter d’un tel cadre pour me reposer et ne rien faire. Cette dernière journée fut aussi belle que les précédentes. Vers 19 heures, je montai dans ma chambre pour me préparer tranquillement. J’eus envie d’essayer tous les vêtements, toutes les robes, de les assortir avec les chaussures, bref, de passer du temps que je n’employais jamais pour cela, estimant que c’était une perte de temps lamentable.

Plus qu’une minute pour me rendre le salon, je me précipitai dans le couloir, dégringolai l’escalier, et ouvrit la porte au moment précis où la grosse horloge commençai à égrener ses coups. Là, je les vis. Ils étaient tous là : Anita et Géraldine, Sosthène, Jean-Philippe, Bernard, Viviane et Sophiane, Armand, Estelle, Michel, Ivan, Cyrano, Charles, Thierry et André, de même que l’homme aux cheveux gris que j’avais vu au début de mon séjour. Tout le monde riait de ma stupeur.

-  Alors, Bernadette, comment vas-tu ?

-  As-tu bien profité de ces dix jours ?

-  Qu’as-tu pensé lorsque nous sommes partis à l’aéroport ?

-  Et quelle a été ta tête lorsque tu es arrivée ici ?

-  Et…

-  Stop, cria Henry (l’homme aux cheveux gris), nous allons procéder dans l’ordre. Que désirez-vous comme apéritif ?

Nous nous installâmes dans les fauteuils, puis, comme tout le monde voulait raconter ses exploits, Henry décida de donner la parole à chacun son tour pour raconter le canular qu’ils avaient concocté.

Depuis plusieurs années déjà, j’organisai les vacances de notre groupe d’amis. Tout était prévu, les visites, les nuitées, les restaurants les plus typiques, les paysages à contempler, tout. La tribu partait avec plaisir avec moi, mais parfois, certains avaient émis l’idée que la pause pouvait être aussi salutaire. La mort dans l’âme, j’avais donc inséré dans mes programmes des moments de repos. L’idée avait donc germé dans la bande qu’il devait être possible de me démontrer que la détente pouvait passer par la quiétude, le silence, la tranquillité et le repos. Ils avaient monté toute la mascarade avec l’aide d’Henry qui avait prêté son château, son avion personnel, sa voiture, et un domestique qui jouait le rôle du chauffeur. Les jeunes filles étaient ses nièces, heureuses de jouer un tour sans gravité. Le plus difficile avait été de convaincre le personnel de l’aéroport de se prêter à la blague. Une fois que j’avais été emportée dans l’avion, mes amis avaient rejoint le château en voiture, et avaient logé dans la maison du jardinier au fond au parc. Ils riaient parce que je n’avais même jamais marché jusque-là !  

Bonne joueuse, j’admis facilement que ces vacances avaient été très surprenantes pour moi, et que je découvrais un nouveau bonheur grâce à eux tous. Je les remerciai donc pour ce trésor que j’avais fini par trouver !

lundi 8 août 2016

Cigogne

Voilà deux ou trois ans que les cigognes font un petit tour dans le village sans vraiment savoir si elles vont s'y installer ou non. Voilà celle qui a bien voulu poser pour moi.