Des nœuds dans mon fil

samedi 3 octobre 2015

Il devait tomber sur nous...

Ce soir, Monsieur Alphonse m'interpelle :" Combien d'enfants nous reste-t-il ce soir ?"
- Aucun, lui dis-je.
- Alors je t'invite au restaurant".
 
Nous errons à travers les rues sans nous décider sur notre destination, nous lisons toutes les cartes des restaurants que nous voyons, et je regarde toutes les vitrines. "Regarde ce collier comme il est joli. Mais il n'y a pas de prix, c'est vexant, je ne saurai même pas combien j'ai économisé !" 
 
Finalement nous choisissons un restaurant typiquement fribourgeois. L'accueil y est toujours sympathique.
 
A peine assis, Monsieur Alphonse m'enjoint de ne pas me retourner, 
- Il y a sur ta gauche le jeune qui fait chanter à l'église.
- Alors nous allons voir Anatole.
- Pourquoi ?
- Il est à l'assemblée générale des grands clercs (c'est fou ce qu'un homme peut oublier ce que font ses enfants, heureusement que nous sommes là, nous les femmes avec notre cerveau frisant la puissance mémorielle d'un ordinateur), et ils ont prévu de souper ensemble. Le jeune doit réserver les tables je pense.
 
J'avais bien pensé... vingt minutes plus tard, entre un groupe de jeunes d'où émerge la tête d'Anatole. Il nous voit immédiatement et rougit violemment ! J'ai délicatement baissé la tête vers mon set de table, et jeté un coup d'œil à son passage. Il riait, rouge encore, mais ne nous a pas vus !!!
 
Il y a au moins 167 restaurants à Fribourg. Pourquoi faut-il absolument que nous tombions sur notre fils qui n'avait pas du tout besoin, ni de son papa, ni de sa maman à ce moment-là ? Il a choisi une place derrière le pilier, il ne pouvait mieux faire. Quant à nous, nous sommes repartis le plus vite possible !
 
Je sens qu'à son retour nous allons bien rire !
 
 
 

7 commentaires:

  1. Quelle coïncidence en effet ... Et j'aime aussi la question de monsieur Alphonse !
    Bon dimanche !

    RépondreSupprimer
  2. Voilà qui est très fort !!!

    RépondreSupprimer
  3. Quelle soirée en tête à tête !

    RépondreSupprimer
  4. Bon, maintenant on veut savoir la suite: et à son retour...?
    (ah les hasards, il y en a des livres à écrire là-dessus ;-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a bien ri, a affirmé que ça lui était égal. Au final il a passé une excellente soirée.

      Supprimer
  5. J'aime tellement les facéties du hasard... :-)

    RépondreSupprimer
  6. Rho c'est pas banal et c'est chouette, et je me demande si vous n'étiez pas plus complices comme ça que s'il était venu vous embrasser.

    RépondreSupprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.