Des nœuds dans mon fil

dimanche 5 février 2017

Français pour étrangers

J'ai eu l'occasion de rencontrer une femme albanaise qui vit ici depuis 12 ans. Difficile à comprendre lorsqu'elle parle, encore plus difficile de se faire comprendre lorsqu'on lui adresse la parole. Pour une grande bavarde comme moi, c'est une souffrance que je partage : devoir vivre presque isolée (même si la famille et les enfants permettent l'expression et le partage, l'isolement se sent dès qu'elle sort de la maison) est un châtiment qu'elle ne mérite pas. Je l'admire à se rendre aux invitations, s'asseoir à table lors de la fête des voisins et capturer par-ci, par-là un mot qui ne donne pas sens à la conversation.
 
L'année dernière, je lui ai proposé de lui donner des cours de français. Elle a refusé. Cet hiver elle est passée par son amie pour me dire qu'elle serait contente de prendre des cours de français. Hourra ! Nous avons eu notre premier cours il y a dix jours. J'ai été absolument stupéfiée par sa capacité à cacher son faible niveau de français. Après avoir été déstabilisée, j'ai dû revoir ma façon de procéder, choisir une autre méthode, et surtout, essayer de comprendre la grammaire de sa langue maternelle pour pouvoir cerner ses difficultés. Par exemple, l'albanais ne connaît pas les pronoms personnels, ils sont inclus dans le verbe comme en latin.
 
Le deuxième cours était déjà plus efficace, plus adapté à ses besoins. Elle m'a dit en riant que ses enfants (8, 5, 3 ans) lui faisaient faire ses devoirs et répéter ses leçons. De mon côté, j'ai l'impression de tout recommencer comme avec Augustin dysphasique : il faut parler avec les pieds et les mains, démontrer en mots simples, et surtout, tout faire avec amour. J'aime le jeudi matin.
 
 
 

16 commentaires:

  1. oui c'est magnifique, ce genre de "travail" :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais de quoi je parle, chère Madame, toi qui pratiques au quotidien !

      Supprimer
  2. Quand je vivais au Maroc j'ai appris à lire à mon employée de maison marocaine, et je suis très fière des progrès qui ont été réalisés. C'est quelque chose de très émouvant, que ce soit des enfants ou des adultes. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que la satisfaction est grande !

      Supprimer
  3. Bravo ! tu es plus efficace que moi : j'ai deux élèves non francophones cette année et je suis complétement désemparée, je leur consacre deux heures par semaine, mais je ne sais pas enseigner une langue étrangère ... Prof de FLE c'est un métier .
    solange

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est compliqué, je te l'accorde. Je prends un dictionnaire visuel, elle apprend les mots (avec les articles), ses enfants lui font répéter. Je la fais conjuguer, j'ai commencé avec les auxiliaires, mais c'est compliqué d'expliquer avoir et être, la prochaine fois je prendrai des verbes d'action (entrer, repasser, manger...). Dès que j'aurai pu récupérer mes livres en France, je lui ferai des dictées (avec les dictées de la librairie des écoles, niveau CE1 pour avoir du vocabulaire simple et une grammaire adaptée). Je procéderai comme avec Augustin, pour le code couleur et les règles de grammaire.
      Ensuite tu peux prendre le Bled des petites classes. Chacune fait une phrase à son tour, vous êtes trois, tu prends ton tour comme elles et tu te trompes parfois pour voir si elles suivent.
      Demande à Adrienne comment elle fait (premier commentaire), elle est prof de français en Belgique flamande.

      Supprimer
  4. Bravo pour cette belle initiative ! Maintenant connaissant ta curiosité je me demande quand est ce que tu vas lui demander des cours d'albanais !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas avant longtemps, j'ai des choses plus urgentes à accomplir !

      Supprimer
  5. L'autre jour, je racontais l'histoire d'Augustin à maman. Elle a un parcours un peu similaire au tien : mère au foyer pendant de nombreuses années, 6 enfants dont 3 dyslexiques...
    Je lui racontais comment tu faisais travailler Augustin, comment tu cousais, tu avais repris tes études, tu faisais ton pain, etc...
    - "Et elle dort quand, ta copine ?"

    Un jour, tu nous raconteras tes nuits...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, je travaille très vite. Ce qui explique qu'il me faut pas moins de 8 heures de sommeil par nuit pour tenir le coup ! Parfois à midi j'ai terminé mes journées... il reste encore une après-midi et une soirée à meubler !!!

      Supprimer
    2. Je suis d'accord avec Perduedanslecouloir, tu es vraiment incroyable!

      Supprimer
  6. IL existe un mooc français langue étrangère, je ne sais si le niveau est adapté mais tu peux aller voir sur fun, c'est gratuit.
    Autrement super, l'implication !
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour l'idée, mais il s'agit d'un cours A2, or c'est du A0 dont j'ai besoin !!!
      Mais en fait, je ne pense pouvoir m'en sortir !

      Supprimer
  7. Bravo Alphonsine ! C'est un beau cadeau que d' offrir à autrui l'accès à sa langue maternelle. Tu ne manques es pas d'occupations.... je me demande aussi quand tu dors...

    RépondreSupprimer
  8. J'allais dire comme Bibiche pour l'Albanais, je suis un peu déçue j'avoue ;-)

    RépondreSupprimer
  9. Ce billet m'a rappelé bien des souvenirs de travail... J'adorais ce moment où il fallait chercher (et trouver absolument ) comment faire pour apprendre notre langue. Bien souvent la comparaison avec la langue de la personne était une clé...

    RépondreSupprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.