Des nœuds dans mon fil

jeudi 16 février 2017

Moi et le jardin

Si j'avais été tout à fait sensible aux règles de grammaire - celle qui est la base de la politesse, j'aurais choisi un titre plus adapté auxdites règles. Par exemple "Le jardin et moi". Si j'ai opté pour "Moi et le jardin", c'est pour accentuer une donnée essentielle : je passe avant le jardin. En réalité, jardiner est pour moi le comble du non-savoir. Je n'y connais rien, j'ai beau m'intéresser, rien ne me réussit, sauf les pommes de terre, mais j'ai abandonné pour cause de flegme (sérieusement, c'est fatiguant de planter des pommes de terre et de les buter, puis de les récolter).

La première année que j'ai essayé de faire pousser quelque chose, on m'a conseillé une plante facile, la courgette. "Ne plante pas plus de trois plants, tu seras vite débordée, même avec huit personnes à table". Je n'ai rien écouté, j'en ai acheté quatre. J'ai récolté trois fleurs par plant. Douze fleurs. 

La deuxième année, j'ai un peu plus écouté les conseils, sauf pour la quantité de plants à mettre en terre. J'aime les beignets de fleurs de courgettes, j'ai donc fait l'acquisition de cinq godets. J'ai obtenu huit courgettes minuscules. Etait-ce un encouragement ? Pour ma part je n'en ai vu aucun, sinon une exhortation à cesser définitivement les expériences horticoles. 

Je me suis achetée un cactus. Parce qu'il faut bien avouer aussi que je suis absolument incompétente pour le choix et les soins à donner aux plantes en pot. Soit je les arrose abondamment, soit je les oublie innocemment. Je crois bien que mon plus bel échec a été celui d'un pot de roses de Noël : je les ai placées bien au chaud, et comme leur feuillage commençait à s'incliner vers le sol, je les ai copieusement arrosées. J'ai appris bien plus tard que ces plantes aiment le frais et un arrosage léger, ce qui explique qu'elle n'ait passé que six heures dans mon foyer avant de s'éteindre doucement.

Donc, je me contente des cactus : c'est une plante qui me réussit. Si je l'oublie un mois durant, elle ne m'en veut pas, elle ne crie pas famine. Elle se nourrit silencieusement d'amour (puisque l'eau fraîche ne lui est pas destinée) qu'elle me rend en grandissant, se fortifiant et se multipliant.


6 commentaires:

  1. ahah!! les courgettes ne m'ont jamais réussi non plus! On m'a aussi dit que c'était facile... je soupçonne un complot!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai été victime du même complot ! j'en suis encore au stade des fleurs, mais je suis tenace et je réessaye...

      les framboisiers se débrouillent très bien sans moi - et c'est facile à (faire) récolter

      Supprimer
    2. Voilà que je comprends tout : c'est un complot ! Dans ce cas, il n'y a rien à faire. Bon, pour être tout à fait complète, les tomates, les cornichons, et tout le reste a été aussi minable que les courgettes. Seuls les potirons qui ont poussé tout seuls sur le compost ont réussi à grossir et à me donner satisfaction !

      Supprimer
    3. Les cornichons font partis du même complot. Les tomates ce sont montrées chez moi pas trop mauvaises joueuses (mais j'avais mis un nombre indécent de pieds!)
      mes pieds de potirons ne m'ont jamais donné une seule fleur...

      Supprimer
  2. Dire que je réussis à faire crever jusqu'aux cactus...
    En revanche, j'adore m'occuper des extérieurs, même si le résultat est systématiquement inversement proportionnel à mon enthousiasme et ma motivation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tes cactus crèvent, c'est que tu t'en occupes trop !

      Supprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.