Des nœuds dans mon fil

lundi 27 juin 2011

Et le savon ?


Le savon dans une famille, c’est un objet onéreux. Si, si, au rythme où il faut renouveler le stock, c’est vraiment un article ruineux.

Célibataire, puis jeune mariée (mais pourquoi dois-je toujours comparer les situations), ma savonnette durait, durait… Avec des (jeunes) enfants, elles fondent comme neige au soleil. Pour être honnête, j’avoue que les ados n’usent pas beaucoup de savonnette. Il faut les poursuivre pour qu’ils finissent dans la douche. Mais petits… il faut distinguer différentes situations :

Le savon tombé par terre derrière le lavabo : il y reste, il dessèche, il ne s’use plus.

Le savon du lavabo : J’ai tout inventé : le porte-savon façon écuelle a vite été relégué aux vieilleries à donner lorsque j’ai découvert que le savon baignait dans une eau sans cesse renouvelée par des petits compatissants.
J’ai alors retrouvé un porte-savon en fil qui est sensé permettre de faire sécher le savon pour qu’il dure plus longtemps. Les pauvres enfants : ils n’ont pas dû être mis au courant du mode d’emploi. Au mieux, ils ouvrent le robinet, se mouillent les mains avec le savon, et restent sous l’eau jusqu’à ce que le savon soit bien mou et qu’ils puissent largement se savonner les mains. C’est une bonne intention, certes, mais ils reposent le savon sur le porte-savon, appuient très fort, et permettent à la moitié du savon de passer à travers les fils. Impeccable. Le suivant racle le savon et recommence la même opération. Durée de vie trop courte !

Mais en général, quel que soit le porte-savon, le savon n’est jamais rangé, il traîne dans le lavabo, généralement tout près de la bonde pour être éclaboussé d’eau dès qu’on ouvre le robinet.

J’ai également fait une découverte qui m’a laissée sans voix : le savon était posé directement sous le robinet, et l’eau gouttait paisiblement dans une salle de bain déserte. Après avoir eu quelques visions de ce genre à plusieurs jours d’intervalle, j’ai mené mon enquête façon Sherlock Holmes… parce qu’il est bien évident que dans une famille personne n’est jamais responsable. L’enfant pris sur le vif m’a expliqué avec tout le sérieux d’un savant faisant la découverte du siècle, qu’il voulait voir comment les choses allaient évoluer. Je lui ai expliqué que c’était du gâchis de sorte que j’ai dû briser dans l’œuf une vocation. Quelle perte pour l’humanité.

En refaisant l’installation de la salle de bain, j’ai eu des exigences dictées par mon expérience : je veux un savon que l’on peut accrocher au mur comme il y en a dans les écoles. Ainsi, terminées les pertes « sèches ».  



J’y ai cru, sincèrement, que dorénavant le savon durerait plus longtemps. Et d’ailleurs, c’est réellement ce qui s’est passé jusqu’au jour où j’ai découvert dans le lavabo une petite auto façon pelleteuse dont la pelle avait permis de gratter le savon jusqu’à son milieu. Les miettes de savon jonchaient le lavabo, et le responsable m’a dit la bouche en cœur : « oui, mais c’était pour prendre plus de savon » !!!

2 commentaires:

  1. Mais bien sûr! PERSONNE n'est JAMAIS responsable! Tu n'as pas des petits lutins de la nuit chez toi? Non parce que chez moi, c'est dingue les bêtises qu'ils font ces gnomes là! Vas y que je mets les fringues en vrac, que je fiche le bintz sur les bureaux, que j'éventre les couettes, que je vide le dentifrice..et, évidemment, que je déverse le shampoing dans la baignoire (avec le gel douche, cela va de soi!)
    "C'est pas de n'ot' faute!"
    Ben Oui!
    Bon. Sont mignons tout plein tout de même parfois; Parfaite visite que Vaux le Vicomte de nuit; Ils n'ont jamais autant appréciés la visite d'un musée!

    RépondreSupprimer
  2. Surprenant, en effet, j'imagine bien ce que deviendrait le gel douche...dans la douche. J'ai déjà vu un flacon entamé le matin, être terminé le soir même !

    RépondreSupprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.