Des nœuds dans mon fil

lundi 12 mars 2012

Leçon de raccommodage numéro 5 : la poche à onglets

Raccommoder la déchirure d'un angle d'une poche à onglets relève du grand art. Personnellement, j'aurais tendance à mettre ce genre de vêtements de côté, de l'oublier, puis de le jeter lorsque son propriétaire l'aurait oublié. Mais c'est sans compter sur Monsieur Alphonse qui n'oublie rien. Et comme la combinaison appartient à Monsieur Alphonse, qu'il est venu, désolé, se plaindre à Alphonsine : "Regarde cette déchirure, tu sauras la raccommoder, n'est-ce pas ? Mais surtout, il ne faut pas rétrécir la poche, sinon je ne pourrai plus m'en servir, et elle m'est indispensable".

Bref, une fois toutes les conditions énumérées, conditions qui se résument à une seule : faire comme s'il n'y avait jamais eu de trou, et voyant l'étendue de la confiance qui m'était faite, je n'avais plus le choix : il me fallait me lancer à l'eau.

Et comme il s'agit d'un vêtement professionnel, et que l'employeur ne donne qu'une seule combinaison tous les 10 ans, il me fallait être à la hauteur.

En pratique, voilà comment j'ai procédé (et là, j'avoue que j'ai été heureuse du résultat).

Les dégâts : il s'agit de la poche plaquée sur le bas de la jambe de pantalon.



En premier lieu, il faut découdre les surpiqûres des onglets.




Une fois les piqûres défaites, il convient d'étaler et de reconstituer le tissu restant.



Puis on pose un coupon de tissu rouge en dessous. Comme la déchirure était importante, et très effilochée, j'ai mis de la colle pour tissu sur le coupon (il existe de la colle en bombe), et j'ai soigneusement disposé tous les éléments par-dessus.


Ensuite, il faut passer le tout sous la machine en employant le point de reprise.


Une fois la reprise terminée, il convient de couper le morceau de tissu ajouté aux dimensions de l'original, puis de reformer les surpiqûres des onglets, et enfin, de piquer la poche en place.




Et voilà une bonne reprise respectant le cahier des charges ! J'étais contente de mon travail, Monsieur Alphonse était ravi du résultat !





5 commentaires:

  1. Alors là, Bravo!
    Du travail d'orfèvre, je suis en admiration!
    Et je note l'astuce de la colle tissu.

    RépondreSupprimer
  2. Magnifique !
    Et je crois que Monsieur Alphonse devrait se plaindre à son syndicat ... 1 combi tous les 10 ans ... Non mais !

    RépondreSupprimer
  3. Chapeu bas Alphonsine, du travail d'artiste, une pro n'aurait pas fait mieux sans aucun doute!

    RépondreSupprimer
  4. En plus, ça ne se voit même plus ! Bravo ! Les accros de tes enfants sont impressionnants !

    RépondreSupprimer
  5. Wahou !!!Alors, là, chapeau bas... Tu as parfaitement répondu au cahier des charges et en beauté en sus !

    RépondreSupprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.