Des nœuds dans mon fil

mardi 24 mai 2016

Cher parapluie !

Ne vous êtes-vous jamais demandé, cher ami lecteur, pourquoi tout parapluie a deux places ? Vous avez beau l'ouvrir dans un sens ou dans l'autre, le tenir comme ceci ou le faire tourner comme cela, le tenir à droite avec la main droite, à gauche avec la main droite, à gauche avec la main gauche ou encore à droite avec la main gauche, rien n'y fait, il reste toujours une place vide. Vous pouvez aussi poser l'extrémité du manche sur votre tête, vous obtenez alors un parapluie à une place, mais vous êtes mouillé... ce n'est pas le but idéal !
 
Depuis que j'ai pris conscience de cet ordre des choses, je ne laisse plus jamais la deuxième place vide. Je rattrape un passant, ou me fait rattraper, pour proposer la place en attente. Après un moment de surprise, souvent un mouvement de recul, la personne accepte de prendre place à l'abri, somme toute reconnaissante. On fait un bout de chemin ensemble, on discute un peu, c'est comme l'auto-stop, le danger en moins.
 
Lorsqu'elle arrive à sa destination, ou que nos chemins se séparent, la personne remercie, sourit et poursuit sa route, heureuse de n'être pas trop mouillée. De mon côté, je cherche du regard qui sera le prochain à prendre la deuxième place !
 
Vu sous cet angle, la journée pluie devient une journée de rencontre passionnante !
 
A vos parapluies !

11 commentaires:

  1. Ca alors! je n'avais jamais vu le parapluie sous cet angle et ta façon de résoudre ce problème m'a un peu interloquée.... mais après tout pourquoi pas? Si comme tu dis c'est l'occasion de rencontres.....;)

    RépondreSupprimer
  2. C'est extra, j'aime beaucoup ta philosophie !
    :)
    Je me promène rarement sous un parapluie, et encore moins souvent dans des endroits où je pourrais partager la deuxième place. Mais si l'occasion se présente, j'y penserai !

    RépondreSupprimer
  3. Un p'tit coin d'parapluie…

    Ça demande une certaine proximité, quand même, ou alors un grand parapluie.
    Mais c'est vrai que toute action de ce genre suscite d'abord la surprise, puis déclenche le sourire !

    RépondreSupprimer
  4. Tu me fais rire Alphonsine avec ton "parapluie-stop" ou "blabla-parapluie". J'ai moi aussi tenté l'expérience dimanche, dans un vide-grenier où il s'est mis à tomber des cordes, en prenant place clandestinement aux côtés d'une dame mais j'ai senti, àson regard outré, au bout de quelques mètres qu'il fallait que je fuis...De toute façon, avec le bruit, aucune conversation n'était possible ! Et ma "moitié" poireautait sous la pluie sans oser faire de même...

    RépondreSupprimer
  5. Un p'tit coin de paradis que ce coin de parapluie ! Merci pour cette belle idée !

    RépondreSupprimer
  6. c'est beau comme du Brassens mais moi je refuse toujours le coin de parapluie qu'on m'offre (suis-je bête n'est-ce pas ;-))

    RépondreSupprimer
  7. Je n'ai jamais trouvé la 2ème place des parapluies. Marcher sous un parapluie avec mon mari dégénère toujours en conflit : "tu ne m'abrites pas mais non c'est toi qui prend toute la place, etc ..." Comme nous sommes mariés depuis très très longtemps, nous avons la sagesse d'éviter cette situation. Alors avec un(e) inconnu(e), impensable !
    Marie-L.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un inconnu n'ose pas critiquer. Ceci dit, n'essaye pas si tu ne te sens pas prête à trouver plus complaisant que ton mari !!!!!!

      Supprimer
  8. Comme c'est gentil ! Bon, moi je suis moins généreuse, comme j'ai horreur des parapluies et que j'adore la pluie, je n'ai jamais mieux que, par hasard, un chapeau…

    RépondreSupprimer
  9. Ca alors, Alphonsine, je n'ai pas fini d'être étonnée en venant te lire par ici!

    RépondreSupprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.