Des nœuds dans mon fil

lundi 2 mai 2016

Un tableau, une histoire (9)

 
Sur une proposition de Lakievo
 
 
Emerine sourit. Elle est assise à côté de son mari Eusèbe et contemple leurs petits-enfants sauter dans la piscine. Elle ferme les yeux et se revoie plus jeune, aux environs de leur dixième année de mariage. Un soir, son mari lui fait une remarque qu'elle a très mal prise. Elle en a été tellement blessée qu'elle ne lui a plus parlé. Elle ne savait plus comment se sortir de cette impasse. Le lendemain, elle a préparé un délicieux déjeuner, sachant que son mari aimait ce plat mais qu'il ne rentrerait pas à la maison. Elle savait être rosse, elle avait même fait un gâteau. Elle est partie très tôt chercher ses enfants à l'école pour pouvoir passer à l'église située tout à côté du centre scolaire. Elle s'est arrêtée devant le saint Sacrement pour raconter sa tristesse. Et comme l'endroit était sinistre, elle a couru chez le fleuriste du coin pour ramener une plante à Jésus. Elle lui a chuchoté : "Si Eusèbe rentrait avec des fleurs, je pense que tout s'arrangerait". Mais tout ceci ne pouvait être que théorique, Eusèbe ayant une grosse journée de travail devant lui, il ne rentrerait que tard le soir.
 
Ses enfants à la main, Emerine est rentrée chez elle. En arrivant devant son appartement, la porte s'est ouverte et elle s'est trouvée nez à nez avec un immense bouquet de fleurs. Eusèbe, un peu timide se tenait juste derrière. Ils se sont réconciliés d'un baiser et d'un pardon mutuel donné et reçu. Eusèbe lui a dit qu'un changement inexplicable de programme lui avait permis de rentrer pour déjeuner.
 
A table, un des enfants s'est écrié : "Mais qu'est-ce qui se passe aujourd'hui ? Papa offre des fleurs à maman et on mange un repas de fête". Eusèbe et Emerine se sont souris à travers la table mais n'ont pas dit un mot.
 
Depuis ce jour, Emerine n'a plus jamais interprété les paroles d'Eusèbe, elle lui demandait gentiment des explications. C'était tellement plus facile ainsi. Comme elle l'aimait, comme elle avait de la chance d'avoir épousé un homme aussi gentil, aussi délicat, aussi attentionné. Cette histoire avait été la seule dispute de toute leur vie conjugale. Vraiment, on pouvait dire qu'ils étaient heureux !

Note : Toute ressemblance avec des personnages ayant existé est purement fortuite.
 
 

9 commentaires:

  1. Emerine me plaît bien ; elle sait où trouver de bons conseils !... Tendre et délicieuse histoire.

    RépondreSupprimer
  2. Quelle délicieuse histoire d'amour !

    RépondreSupprimer
  3. Que de tendresse et d'intelligence, j'adore cette histoire !

    RépondreSupprimer
  4. ah oui, en effet, ha ha ! Tout le contraire de chez moi !!!

    RépondreSupprimer
  5. En voilà une histoire qui fait du bien.
    Toi, tu as confiance en le genre humain, ça fait plaisir !

    RépondreSupprimer
  6. Une belle histoire tendre ; les contes de fées existent donc...

    RépondreSupprimer
  7. je pensais qu'on ne voyait ce genre de scénario que dans les comédies romantiques mais là je me plais à penser que ça peut aussi être réel :-)

    RépondreSupprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.