Des nœuds dans mon fil

lundi 9 mai 2016

Un tableau, une histoire (10)


"Fantastique, elle est fantastique ma mère. Complètement démodée, elle date du millénaire précédent. Plus aucune mère, de nos jours, n'envoie sa fille porter la chandelle. J'avais pourtant bien résisté, Marianne me soutenait silencieusement : elle non plus ne voulait pas avoir le fardeau de sa sœur à ses côtés pendant qu'elle rencontrait son fiancé. Elle avait beau avoir tout promis à maman, celle-ci n'en a rien voulu savoir. Il fallait que j'accompagne ma sœur et son promis. Elle, si pingre, m'a même donné de quoi m'acheter une boisson. Une seule....
 
J'ai choisi de porter mon Jean's troué, juste pour les énerver. Ah oui, ils ont été bien énervés. J'ai même mis mon béret, le jaune-pisse-d'âne, celui que tout le monde déteste, et moi la première, mais je ne vais pas l'avouer. Pour le coup, je souris aux réactions de maman qui s'est fâchée tout rouge comme prévu, mais je n'ai pas eu besoin de me changer, Marianne savait que j'y mettrai des heures, et elle avait envie de retrouver Maurice. Nous sommes parties toutes les deux, j'ai immédiatement rassuré ma sœur pour éviter qu'elle ne me fasse des myriades de recommandations qui m'auraient fâchée...
 
Maurice avait paru bien contrarié en me voyant, Marianne avait dû le rassurer sur mon compte. J'ai marché loin derrière eux, ils m'ont attendu pour entrer dans ce café, et je serais bien restée à l'extérieur, mais il s'était mis à pleuvoir...
 
Ils sont installés au fond, bien tranquillement, j'ai trouvé un profond fauteuil, je m'ennuie comme il n'est pas permis. J'ai bien essayé de capter leur conversation (alors que j'avais promis à Marianne que je n'en ferai rien), mais leurs voix étaient trop faibles. Tant pis, il va falloir que je me plonge dans mon cours d'histoire. Au moins, au bout de ces longues heures, je saurai tout sur Napoléon... à moins que je ne m'endorme avant..."
 
 

18 commentaires:

  1. Son cours d'histoire semble la passionner autant que son rôle de chaperon...hi hi..

    RépondreSupprimer
  2. Ah, j'aime bien. Il me semble être replongée dans l'univers des années 60... ET je me souviens de la petite sœur dans ce café à Bitche...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vraiment, c'est une plaie d'Egypte que d'être chaperon !

      Supprimer
  3. C'est ch... d'être chaperon !
    Je le sais, j'ai une sœur qui a sept ans de plus que moi...

    RépondreSupprimer
  4. J'adore ! La corvée, la pauvre... Et quand ce sera son tour de fréquenter un beau jeune homme, qui sera son chaperon ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a une autre sœur, plus jeune, et un frère aussi. Ensuite la mère enverra la grand-mère !

      Supprimer
  5. Si la grande soeur avait été rusée, elle aurait "acheté" la petite en lui donnant quelques sous pour s'acheter des bricoles :-) Bien trouvé en tout cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, parce qu'il arrive à la mère de surgir à l'improviste. Une duègne cette mère !

      Supprimer
  6. je pensais aussi qu'elle essayait d'écouter la conversation des amoureux :-) c'est une bonne idée d'en avoir fait sa sœur et sa chaperonne!

    RépondreSupprimer
  7. Un chaperon, c'est original !

    RépondreSupprimer
  8. Lorsqu'on est chaperon, on écoute, pour éviter de s'endormir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais justement, elle n'entendait rien !

      Supprimer
  9. On sent toute la frustration de la chaperonne à ne pas pouvoir entendre le contenu de la conversation .... (du vécu, Alphonsine ? )

    RépondreSupprimer
  10. Non, quand même pas ! J'ai un peu d'imagination, mais tu as touché juste : si j'avais été la chaperonne, j'aurais aimé entendre la conversation... et je vous en aurais fait part !!!

    RépondreSupprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.