Des nœuds dans mon fil

mercredi 26 février 2014

D'un cousin à l'autre

Lorsque nous habitions dans notre grande maison aux volets rouges et à la cuisine réduite à sa plus simple expression, il nous était facile de chercher notre lait à la ferme voisine, située à 100 mètres à peine de notre domicile.

Avant de déménager dans notre petite maison à la cuisine plus évoluée, j'ai logiquement demandé au fermier s'il avait connaissance d'une ferme à proximité de notre nouveau domicile.

"Allez donc chez mon cousin. Vous allez au bout de votre rue, vous tournez à gauche, immédiatement à droite, et au bout de la route vous arrivez dans la ferme de mon cousin. Certainement il vend aussi du lait".

J'avais à peine déballé mes cartons de cuisine que j'ai saisi mon pot pour faire une petite promenade bucolique. Dix minutes de marche tranquille, et me voilà dans la ferme. 

"Bien entendu, nous vendons du lait. Tous les soirs à l'heure de la traite, de 5 à 6 heures".

Tous les deux jours, je cherche trois litres de lait. C'est notre consommation moyenne. Tous les deux jours, je pense à la maxime d'Alphonse Allais : "Les villes devraient être construites à la campagne, l'air y est tellement plus pur". Tous les deux jours, je mesure ma chance de vivre dans une ville construite à la campagne !



16 commentaires:

  1. Quelle chance en effet ! Je te laisse, je dois aller chercher ma brique de lait pasteurisé à l'Inter ...

    RépondreSupprimer
  2. A part mes années d'étudiante et les trois premières années de mon mariage à Paris et en petite couronne, j'ai toujours habité à la campagne. lorsque nous sommes arrivés au Pays du Canard, nous devions théoriquement habiter une ville...puisque notre bourgade est la sous prefecture du département, mais lorsque nous somme allés à la mairie, la dame nous a demandé où se situais notre nouveau logis, et lorsque nous le lui avons indiqué, à notre grande surprise nous l'avons entendue s’écrier "ah, mais vous êtes à la campagne alors !", effectivement nous sommes un peu excentrés, et avons une ancienne ferme sur une grand (très grand) terrain... nous vivons dans une ville... à la campagne, et ça me plaît beaucoup !
    (mais pas de lait frais ici. Par contre, des volailles...)

    RépondreSupprimer
  3. Quel bonheur ! Ce lait cherché à la ferme, le pot au lait à la main, me fait penser à mes vacances d'enfance en normandie chez mes grands parents...

    RépondreSupprimer
  4. Comme tu le dis bien. J'habite aussi la campagne. Et la ferme à 1km de chez moi vend du lait, des œufs, des pommes, des poulets des pommes de terre.... J'y vais toutes les semaines en voiture... Oui, je suis paresseuse... Mais les patates, même sur un vélo, ça finit par être lourd à porter...

    RépondreSupprimer
  5. C'était pareil quand j'allais chez ma grand mère, on avait le lait de la même manière.... d'excellents souvenirs.....
    Tu en as bien de la chance !

    RépondreSupprimer
  6. Que d'aventures romantico-bucoliques; cela fait rêver une telle vie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens de découvrir ton blog et Alice au pays des merveilles. C'est vraiment très joli.
      Par contre, je ne peux t'écrire par mail, ici les courriels adressés à "sfr" restent bloqués et ne passent pas la frontière.

      Supprimer
    2. Merci pour ton message Alphonsine et cette appréciation qui me fait très plaisir !

      Supprimer
  7. Le tout, c'est de prendre son lait auprès de la même famille. Si c'est le supermarché du cousin, ça va aussi.

    RépondreSupprimer
  8. Je ne sais pas ce qui est le plus agréable, la balade en se réjouissant du lait frais plein de crème à venir, la réjouissance de pouvoir s'approvisionner à la source, ou le lieu d'habitation. Les trois peut être ?

    RépondreSupprimer
  9. Devoir de maths pour tes enfants.
    Quelles sont les probabilités de déménager, dans un autre pays et de continuer a sapprovisionner en lait frais d'une ferme appartenant à la meme famille?

    Si tu ne le racontais pas, on n'y croirait pas!

    RépondreSupprimer
  10. Je vis à la campagne mais par ici, point de vaches... donc pas de lait frais ! Mais je profite des fruits, des légumes...
    La maxime d'Alphonse Allais, c'est marrant mais elle faisait partie des postulats de notre ancienne résidence...

    RépondreSupprimer
  11. Bravo pour ce très joli blog dont je viens de découvrir quelques articles. C'était un plaisir, à bientôt donc !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A bientôt Gustave, pour de nouvelles aventures !

      Supprimer
  12. Quelle chance tu as !
    Moi de 0 à 20 ans il y a tjs eu une ferme au bout de la rue, mais arrivée à Paris j'ai fait la connaissance du lait en brique... qui a plutôt le goût d'eau au lait à côté ! mais bon on finit par s'y habituer entre 2 visites à la campagne...
    Tulipe Bleue

    RépondreSupprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.