Des nœuds dans mon fil

lundi 17 février 2014

Ca y est, la page est tournée

Lorsqu'il ma tendu mon nouveau permis de conduire, celui qui comporte une croix blanche sur un fond rouge, j'ai eu un instant d'émotion équivalent à celui que j'ai eu lorsqu'un inspecteur, il y a 30 ans, m'a donné le papier rose. 

C'était la fin. C'est le début.
La fin des démarches pour nous installer en Suisse. 
Le début d'une nouvelle vie.


Non que les démarches aient été compliquées, les administrations helvétiques sont incroyables de facilité. Certes, tout se monnaye, mais tout trouve une solution. Nous avons attendu d'avoir une adresse définitive pour solliciter un permis et des plaques d'immatriculation suisses, simplement parce qu'en cas de changement d'adresse, il faut retourner à l'Office de la Circulation et de la Navigation, et payer 30 Francs.

Notre cas était délicat.
Un français qui demande un permis suisse produit son certificat de domicile, son permis B (permis de séjour), une photo et son permis d'origine. Ce n'est pas notre cas.

Un suisse qui demande un permis suisse produit son certificat de domicile, sa carte d'identité, et la preuve qu'il a séjourné dans le pays d'origine dans l'année de passation de son permis de conduire. C'était il y a 30 ans ! N'ayant plus de factures de l'époque, j'ai fini par rechercher mes diplômes universitaires. Le préposé a fouillé dans la pile avec moi pour trouver celui qui lui conviendrait.

Le cas de Monsieur Alphonse était plus difficile : il a passé son permis en France, l'a échangé contre un permis allemand lors de notre séjour, puis a conservé son permis allemand lors de son retour en France. 

On obtient le cas curieux suivant : un Suisse, au permis allemand ayant passé son permis en France. Il faut la date du permis français. Mais les autorités allemandes ont oublié de l'indiquer sur le permis allemand. On se retrouvait devant un mur, mais c'était sans compter sur l'esprit helvète : "On pourrait oublier le permis français, et se baser sur le permis allemand, comme s'il l'avait passé en Allemagne, sinon on n'arrivera à rien, puisque la Préfecture refuse de nous donner la date et le numéro du permis."
C'est ce qui a été fait. 

Et ce soir, je suis rentrée, victorieuse, avec deux permis de conduire, tous nouveaux !


16 commentaires:

  1. Allez... Il ne manquait même pas un petit papier de rien du tout qui t'oblige à y retourner deux fois avant qu'on te dise que t'a rien compris, c'est pas cuilà qu'on t' avait demandé ?
    Non ? Pffff... Sont pas drôles ces Suisses ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Ca y est, te voici devenue une vraie Suisse ? Lâcheuse ! ;-)
    Tiens d'ailleurs, fiston cherche un logement pour un stage du 1er mars au 1er août au CERN ... Si par hasard tu as des pistes ...

    RépondreSupprimer
  3. Inutile * de dire qu'en France on t'aurait fait ch*** (c'est vraiment le mot) pour te dire que "ben non Madame sans la date pas de permis" et là tu prenais pour des mois de tracasseries administratives ! Enfin, c'était pas utile *, mais je l'ai dit quand même (c'est mon côté franco français, so much râleuse ...)

    RépondreSupprimer
  4. Ça fait plaisir, une administration efficace et serviable! Félicitations pour vos permis suisse.

    RépondreSupprimer
  5. Ce que je ne comprends pas c'est pourquoi il vous fallait le papier Suisse. Je pensais naïvement que le papier français permettait de circuler dans toute l'Europe ... Il y a un délai au delà duquel on t'oblige à avoir le papier du pays ans lequel tu résides ?
    Et c'est uniquement le permis de conduire ou en plus il vous faut changer tous les autres machins administratifs ?
    Finalement, je me trouve très bien dans mon trou paumé !!!

    RépondreSupprimer
  6. Ils me plaisent ces suisses! Il faut que je raconte ça à mon administratif de mari . Ca va lui plaire aussi je pense.

    RépondreSupprimer
  7. je pense que mon 2eme aura le même problème. Il a eu son permis américain à 17 ans, ms reconnu en France qu'a partir de 18 si celui a été obtenu 6 mois avant. Ms comme il se trouve un peu jeune, il a décidé de reprendre quelques cours en .....Chine ou il part pour 3 ans! Quel sera la nature de son permis? Nul ne le sait!!!!!

    RépondreSupprimer
  8. Ah les "globtrotters" ... Ils ont la "bougeotte" comme on dit dans le Nord.... Si j'étais Suisse, je te dirais Bienvenue en Suisse !

    RépondreSupprimer
  9. Bravo ! rondement mené malgré la complexité. Moi il m'arrive toujours des trucs épouvantables et incroyables avec l'administration, et alors même que ma situation est tout ce qu'il y a de plus simple...

    RépondreSupprimer
  10. J'imagine les difficultés que vos deux cas auraient présentées en France... ou plutôt non, je préfère ne pas imaginer. Rien que pour faire ajouter mon nom de femme mariée sur ma carte d'identité, j'ai dû me déplacer trois fois à la mairie (sans compter le jour où j'ai pu enfin la récupérer)

    RépondreSupprimer
  11. Quand est ce que je déménage en Suisse???????
    Arrête de nous faire envie, entre le style de vie, l'administration, et surtout, surtout,la fondue en pot.... comment dire..... ouuuinnnnnn......

    RépondreSupprimer
  12. Je trouve le raisonnement de votre interlocuteur helvétique assez approximatif juridiquement parlant mais tellement réconfortant... Preuve que certaines administrations de certains pays peuvent faire preuve d'intelligence et d'adaptation !

    RépondreSupprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.