Des nœuds dans mon fil

mardi 20 décembre 2011

On n'a pas tous les jours 20 ans !

On n'a pas tous les jours 20 ans... Pour ma fille, c'était la première fois, et c'était dimanche. Je pense qu'elle aura eu un excellent souvenir de la petite fête en famille, mais moi, j'en garderai un souvenir impérissable, celui d'une fête qui a bien failli mal finir mais qui a été extrêmement réussie !

Le menu avait été établi depuis longtemps : escalopes viennoises, frites, et bûche trop chou (très longs éclairs, fourrés à la crème pâtissière et montés avec la même crème, puis recouverts de fils de caramels).

17 heures 10 : Monsieur Alphonse s'en va à un concert avec un des fistons. Il doit récupérer Adélaïde qui a 20 ans, et revenir avec elle vers les 19 heures.

17 heures 15 : Je veux absolument terminer les cartes de voeux à envoyer par la poste.

17 heures 20 : J'ai presque terminé (j'ai passé mon après-midi à écrire des adresses et des petits mots, je veux finir les quelques cartes restantes), et je m'écrie : "Mais je n'ai encore rien préparé !"

Ca c'est le pompon pour une fille organisée comme Alphonsine !

Bon, procédons par ordre, et en premier lieu, inutile de s'énerver, le temps perdu ne reviendra pas, et ça doit être jouable.

1. Vite, la crème pâtissière : il faut qu'elle ait le temps de refroidir et de se ressaisir avant que je fourre les tubes. Je sors le lait du frigo : il reste 1/2 litre ! "Vite, Anselme, cours à la ferme chercher 4 litres de lait". Pendant ce temps, je passe au numéro 2 après avoir tout préparé pour ma crème.

2. La pâte à choux : comme je l'ai râtée la veille, je suis dans d'excellentes dispositions pour renouveler mes expériences fâcheuses. Je réfléchis aux raisons pour lesquelles mes choux n'ont pas levé, j'essaye d'y remédier, et hop, la plaque recouverte de 6 très longs éclairs est au four. Anselme revient : "On pourra avoir du lait à partir de 18 heures". Soit. Les choux cuisent, gonflent, sont somptueux.

3. Les escalopes : pour avoir de vraies escalopes viennoises, il faut les taper à l'aide d'un marteau à viande. Je pose la première escalope sur ma planche, je saisis mon marteau, je tape, et le marteau se détache du manche. J'avais oublié qu'il était cassé... Je l'ai remis tant bien que mal, je l'ai tenu de façon à ce qu'il reste à peu près en place, et j'ai tapé, tapé, tapé... 12 escalopes jusqu'à ce qu'elles soient le plus fines possible.

4. Il faut paner les escalopes. Amélie qui a terminé la décoration (elle a ressorti les guirlandes roses des 10 ans d'Adélaïde) vient m'aider. Les oeufs dans un plat, la chapelure dans l'autre. "Maman, il n'y a plus de chapelure". J'ai composé 4 numéros de téléphone, personne à la maison. Je me donne une cinquième chance : ma voisine directe "bien entendu, je vous l'apporte tout de suite, je suis heureuse de pouvoir vous rendre service".

5. Les pommes de terre sont épluchées.

6. Anselme, parti chercher du lait, revient avec les bidons. Je peux faire ma crème pâtissière. "Regarde, tu places la casserole dans l'évier avec un peu d'eau froide, et tu remues jusqu'à ce que ça refroidisse. Ensuite, on posera la casserole sur le rebord de la fenêtre".

7. On coupe les frites.

8. On cherche la friteuse, on branche la friteuse, on constate que rien ne se passe. Ce doit être la sécurité à l'arrière qui a sauté, il suffit de la remettre en place. Oui mais... le bouton rouge a disparu.

9. Monsieur Alphonse rentre : la friteuse est hors service, inutile de penser à la démonter ce soir-là. On fera des pommes de terre italiennes : je les verse dans la lèche-frite, je les arrose d'huile d'olive, je saupoudre d'herbes, et hop, au four. Oui, mais... il y en a beaucoup (pour 10 personnes), elles sont un peu serrées. Elle cuiront, certes, mais ne grilleront pas beaucoup.

10. Je monte la bûche de choux. Trop choux. Je cache le dessert parce qu'Adélaïde va sortir de la douche.

11. Je fais cuire les escalopes.

12. Albert profite du moment où je transporte la lèche-frites du four vers l'évier (pour retourner les frites) pour s'installer devant l'évier et faire de la patouille. Il semblerait que j'ai employé un mot interdit... je ne m'en souviens pas. Je me souviens du moment de silence qui a suivi...

Et nous sommes passés à table : "Madame Alphonsine, vos pommes de terre à l'italienne sont vraiment délicieuses" (ouf, je reçois des compliments, ce n'est pas si râté...). "On dirait presque des frites de scout" (bof, même pas grave, il s'est resservi et nous avons bien ri).

Les escalopes étaient divines, le dessert fantastique.

Mademoiselle Adélaïde a reçu des mouchoirs pour pleurer sur sa jeunesse passée qu'elle ne retrouvera plus. En poussant les mouchoirs pour faire de la place, elle les a posés sur la bougie. Les mouchoirs ont brûlé, il y a un gros trou. Amélie, toujours attentive est la première à s'en apercevoir. On souffle, on rit, et on conseille à Adélaïde de faire attention à l'endroit où elle se mouchera !

On termine cette belle soirée devant le grand écran avec un diaporama réalisé par sa soeur et qui retrace en 120 photos ses 20 ans écoulés...


8 commentaires:

  1. Moi aussi, j'ai eu 20 ans.... Aaahhhh j'ai adoré ! Bon maintenant, il y a un bon moment que j'ai eu, une fois de plus, 20 ans, (2 x 20 !) mais dans ma tête, c'est toujours comme la 1 ère fois !

    RépondreSupprimer
  2. Ce que je retient dans tout ça, c'est que tu vas chercher ton lait à la ferme!!! Quelle chance!
    Bon anniversaire à Adélaïde.

    RépondreSupprimer
  3. Heureux anniversaire à cette jeune femme...
    Et pour le reste, il y a des jours comme cela mais au final ce qui restera, c'est que vous avez bien ri et su tourner au meilleur ce qui aurait pu devenir le pire !

    RépondreSupprimer
  4. Ouf, ça me fatigue rien que de te lire ... Comme quoi nos facultés d'adaptation sont infinies ! Très bon anniversaire à la miss, elle a bien de la chance d'avoir une si chouette famille autour d'elle.

    RépondreSupprimer
  5. Si ta fille est du 20 décembre, nous avons un point commun (mais euh.. j'ai 2 X 20 ans !) alors très bon anniversaire à ma consoeur de date !

    RépondreSupprimer
  6. Bravo d'avoir réussi ! Il faut une sacrée organisation pour tout gérer comme ça...
    Et donc, vous allez chercher le lait à la ferme, dans des bidons ?

    RépondreSupprimer
  7. Ouh c'était chaud!Mais bravo, alors, savoir gérer le stress de la cuisine ça c'est une qualité de vrai pro!
    Heureux Vingt Ans à Mademoiselle Adélaïde!

    RépondreSupprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.