Des nœuds dans mon fil

lundi 22 août 2011

Le dîner d'Aurore

J'ai écrit cette nouvelle à la suite d'une démonstration Thermomix. J'avais été invitée par une amie. J'ai pu vraiment admirer les prouesses de la machine, mais elle est bien trop petite pour nous huit, et surtout, bien trop chère. Mais comme la démonstratrice était charmante, que la discussion a porté sur nos loisirs, je lui ai promis une histoire rien que pour elle. Je vous la partage ici :

« Aurore, comment as-tu fait cuire les nouilles ?
- Heu…
- Ne me dis pas que tu as encore oublié qu’il fallait faire chauffer l’eau d’abord, et mettre les nouilles ensuite dans la casserole ?
- Ecoute, j’étais un peu pressée, et…
- Aurore, je ne te fais pas de reproche, mais souviens-toi, mes parents aimeraient faire ta connaissance, et je t’ai expliqué qu’ils étaient très soucieux de la cuisine de leur future belle-fille. Je sais, tu peux trouver ce critère un peu léger, mais je ne peux les changer.
- Quand viennent-ils, déjà ?
- Dans trois semaines. L’as-tu déjà oublié ?
- Oui,… non,… pas du tout, je ne pense d’ailleurs qu’à ça. 
Robert me quitte pour rentrer chez lui. Il sera en déplacement jusqu’à la date fatidique. Je m’effondre dans le fauteuil de mon petit appartement. Non, je n’ai pas oublié que ses parents allaient me rendre visite, qu’ils viendraient dîner, qu’ils me jugeraient, non sur mon cœur ou ma gentillesse, mais sur ma cuisine. Et dire que je n’ai jamais voulu apprendre à cuisiner. Je n’en ai rien dit à Robert, mais j’ai acheté des livres de cuisine « La cuisine pour débutants », « La cuisine, c’est facile », « Savoir cuisiner en 10 leçons ». Aucun ne m’a aidée. J’ai tout raté. Quel gâchis. Que vais-je devenir, je retourne les mêmes pensées dans ma tête depuis si longtemps : Je peux acheter des plats surgelés, mais ils s’en apercevront. De même si je fais venir des plats cuisinés. Peut-être pourrais-je demander à une amie de venir cuisiner ? Non, elles sont à peine plus douées que moi. Ca y est, j’ai une idée de génie !!!
« Allo, Bonne-maman ! Ecoute, j’ai besoin de toi de toute urgence, j’ai un énorme souci.
- Tu m’affoles, que se passe-t-il ?
- Tu connais Robert ?
- Oui ?
- Il aimerait que ses parents me rencontrent.
- Quelle bonne nouvelle !
- Oui, mais… ils veulent dîner chez moi.
- Et tu ne sais pas cuisiner, parce que tu n’as pas voulu apprendre !
- Exactement.
- Que veux-tu au juste ?
- Pourrais-tu me donner des cours, ils viennent dans trois semaines.
- J’ai une autre idée. Détends-toi, tous va bien se passer. Je te rappelle. »
Je n’arrive pas à rester calme. Que fait-elle ? Pourquoi ne rappelle-t-elle pas ? Enfin, le téléphone sonne.
«  Aurore, peux-tu te libérer demain après-midi ?
- Oui.
- Je te proposer de passer me chercher. Ton problème est résolu, tu vas savoir cuisiner. Je ne t’en dis pas plus, dors bien. »

Je vais donc me coucher, je m’endors rapidement, mais je cauchemarde. Je revois tous les plats ratés des derniers jours. Un tourbillon d’horreur.
Enfin, le lendemain, Bonne-Maman m’amène chez une amie. Il y a déjà quatre personnes présentes dans la cuisine, dont une animatrice en tablier. Elle est positionnée devant une drôle de machine, sourit à tout le monde et promet des merveilles à toutes les personnes présentes. Je me cache derrière les autres, dubitative, craignant qu’elle ne me mette à contribution et ne constate mes incapacités.
Mais bientôt, je m’approche de la machine. Un Thermomix a-t-elle dit. Elle met tous les ingrédients pêle-mêle dans le bol, et il en sort une crème anglaise absolument divine. Elle fait de même des œufs à la neige. Incroyable. A peine le bol rincé, elle prépare de la glace à la fraise, puis de la pâte à tarte, et nous explique des recettes inouïes et si faciles. Elle nous propose de nous asseoir à table et de nous présenter les livres de recettes. Je feuillette et je compose mentalement mon menu. Bonne-Maman me sort de mes pensées : « Ma petite, j’ai tout organisé avec l’animatrice, elle t’en livrera un dans deux jours. ». Je lui saute au cou en criant de joie. Je suis au paradis ! Bonne-Maman ne dit rien, mais me regarde de ses petits yeux brillants.
Un soir, chez moi, le Thermomix bien installé sur ma table de travail, je commence à cuisiner. Une soupe, une pâte à tarte, et hop, j’ai une quiche qui cuit au four. Durant les trois semaines qui me séparent du rendez-vous, je cuisine comme jamais je ne l’ai fait. Mon congélateur sert à nouveau pour les plats cuisinés, mais cette fois, ce sont les miens que je conserve.
Enfin, le grand jour est là : la terrine de poisson est déjà démoulée sur un plat, décorée de tomates cerises, de feuilles de salade et de tranches de citron. Le pain (préparé dans mon appareil) est coupé. La daube d’espadon aux poivrons rouges mitonne, le blé reste au chaud par-dessus. Bien entendu, j’ai préparé des œufs à la neige pour le dessert. La table est mise, les fleurs sont disposées. J’attends avec impatience mes invités. On sonne !!!
Robert arrive, le visage anxieux. Il a un choc lorsqu’il me voit si détendue.
 « - Tu vas bien ?
- Parfaitement bien, ne t’inquiète pas, tes parents seront contents.
Les voilà qui arrivent. Ils sont absolument charmants. Nous nous installons pour prendre l’apéritif. J’ai mis une bouteille de champagne au frais, et je ramène mes petits fours à base de pâte feuilletée spéciale Thermomix.
- Avez-vous fait la pâte feuilletée vous-même ? Elle a un goût incomparable.
- Oui, c’est très facile.

La suite du repas se déroule comme dans un rêve. Tout est parfait, tout est apprécié. Robert me regarde avec des yeux exorbités. C’est sûr, je serai la femme de Robert ! Je l’ai bien mérité !

3 commentaires:

  1. Ha et bien, je veux bien de cette machine, moi que la cuisine fait fuir ! Ceci dit, je remercie mon mari de ne m'avoir pas épousé sur des critères culinaires ! Ca aurait été terrible certainement ! Bonne journée !

    RépondreSupprimer
  2. Oulala, heureusement que tu précises que c'est suite à ton enthousiasme devant une machine culinaire que tu as écris cette histoire ! Je te raconte pas si des féministes venaient à tomber sur tes écrits, une femme qui se met en quatre pour plaire à son bien-aimé ; celui ci inflexible quant à ses critères de sélection ...
    Le thermomix est également trop petit pour 5 ; néanmoins, ma maman en a un depuis au moins 25 ans et il est increvable. Le prix se justifie donc peut être.

    RépondreSupprimer
  3. alosr ça c'est trop drôle!!!! le thermomix fait des merveilles pour les tops nulls en cuisine comme moi et pour nous 6 c'est parfait en quantité, souvent même il en reste!!!! bravo pour ta nouvelle!!

    RépondreSupprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.