Des nœuds dans mon fil

mardi 2 décembre 2014

J'ai eu un cadeau fantastique

Etre étudiante n'est pas de tout repos, surtout lorsqu'on est par ailleurs chargée de famille.
 
Côté famille, les enfants ont de quoi s'habiller, ils mangent à leur faim, les repas sont prêts, le ménage est assuré, les devoirs suivis, les courses effectuées. Tout va bien.
 
Côté études, je me sens frustrée de ne pouvoir lire tout ce que je veux, ni passer autant de temps que je le souhaiterais à me plonger dans mes cours et préparer mes travaux écrits. Jusqu'à présent je suis arrivée à rédiger mes travaux et à préparer mes interventions orales sans difficultés. Mais voilà que nous avons eu un travail à effectuer. Sa difficulté ne consiste pas dans sa longueur (cinq pages à écrire ne m'affolent pas), mais dans la nouveauté : je n'ai jamais réalisé un travail de ce style.
 
J'ai fait des prouesses, j'ai lu des textes en allemand et en anglais. L'allemand m'est assez aisé, mais c'était oublier un peu vite que l'allemand littéraire est ardu. L'anglais m'est totalement étranger, du moins je le croyais, jusqu'à ce que je sois obligée de lire des articles d'une dizaine de pages. Je me suis aperçue qu'avec beaucoup de temps, plus encore de courage, et un bon dictionnaire, j'arrivais à traduire et à comprendre le contenu du texte.
 
Enfin est venu le temps de rédiger mon travail. Mais comment faire comprendre aux enfants que la table de la salle à manger m'était réservée en totalité, que je voulais y étaler mes papiers, y installer mon ordinateur, et surtout qu'il me fallait un silence absolu pendant plusieurs heures ?
 
J'ai commencé par placarder cette affiche :
 
 

Pour votre santé, 

évitez de me déranger

quand je travaille !

 
 Le résultat a été immédiat : le premier jour, les enfants, respectueux de la mise en garde ne m'ont dérangée que pour les choses vitales : "à quelle heure on mange ? Tu n'aurais pas vu mon ballon de foot ? Où est mon polo vert ? Je peux prendre un carreau de chocolat ?" et au rythme d'une question par minute en moyenne.
Le deuxième jour, ils n'ont plus vu l'affiche, quant au troisième jour....
Las, j'ai alors demandé un cadeau à Monsieur Alphonse : "Puisque tu seras à la maison vendredi après-midi, je pourrais aller à la bibliothèque et rester jusqu'à la fermeture ?"
Et c'est ainsi que j'ai pu travailler sans être interrompue, de 15 heures à 19.45 heures... c'était un magnifique cadeau.
 
(Entre nous, je n'ai fait que la moitié du travail, il va falloir que je trouve un nouveau créneau !)

13 commentaires:

  1. Bravo Monsieur Alphonse ! C'est un magnifique Cadeau .
    Ici la papa des Pingouins a fait le taxi du mercredi avant mon inspection pour que je puisse me préparer sans être dérangée.
    Bon courage pour la fin de ton travail.

    RépondreSupprimer
  2. J'aime beaucoup les dérangements pour choses vitales. Heureusement que tu précises bien ! Et moi aussi j'ai eu le même cadeau, réitéré chaque semaine. Le Grand Blond va chercher les enfants 2 jours par semaine à l'école ce qui me permet de rentrer quand je veux et de travailler (ou pas) aussi longtemps que je veux ces jours-là. (Ce que l'histoire ne dit pas, c'est que, dès que je rentre, les choses vitales m'assaillent sans échappatoire possible)

    RépondreSupprimer
  3. Un cinéma avec un film très très long ??? Une petite pensée féministe me titille : pourquoi est ce quand monsieur s'occupe des enfants on dit que c'est un magnifique cadeau, alors que l'inverse est la normalité ? Je dis ça je dis rien parce que j'adore ce genre de cadeau !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parce que si j'allais travailler à sa place et qu'il pouvait rester à la maison, il dirait qu'il a reçu un magnifique cadeau ! Mais moi je ne lui offre pas...

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Si tu le lui offres : en allant à la bibliothèque travailler, tu lui offres la possibilité de prendre une après-midi de vacances à la maison avec ses enfants ;-)

      Supprimer
  4. Le temps calme, un luxe inachetable !!!

    RépondreSupprimer
  5. C'est vrai que c'est un merveilleux cadeau. Je note qu'il va me falloir être patiente, moi qui pensais qu'en grandissant les enfants deviennent autonomes et dérangent moins leur maman, même pour des "besoins vitaux" (hihihi !!!), je m'aperçois qu'une fois encore je suis naïve et que dans quelques années ils auront probablement toujours autant besoin de moi !
    Ici le dernier cadeau de monsieur a été de passer l'aspirateur dans les pièces de vie. je mesure ma chance !
    Je me réjouis de voir que tes études te plaisent toujours autant, et j'admire ta gestion sur tous les fronts !

    RépondreSupprimer
  6. Alphonsine, ton organisation une nouvelle fois m'épate ! Je dois admettre qu'effectivement ces besoins que tu cites étaient absolument vitaux... et que les miens seraient tout aussi capables d'avoir les mêmes.. sauf qu'ils n'auraient sans doute pas vu le panneau ;-) Ainsi, une fois où j'étais en visioconférence depuis la maison, j'avais pris soin de mettre un post-it fluo sur la porte d'entrée le mentionnant pour leur retour de l'école et leur demandant de ne pas être trop bruyants le temps que cela se termine... Et sitôt la porte d'entrée passée, qui a hurlé "Mamannnnnnnnn ! On est là ! Ca va ??????" (note bien que si le besoin n'était pas vital, cela partait d'un bon sentiment)...

    Pour la valeur du cadeau, il y a quelques années, une publicité se demandait si le vrai luxe n'était pas l'espace : je crois que c'est bien le temps en vérité !

    RépondreSupprimer
  7. offrir du temps ça c'est chouette ! et après on viendra dire que les femmes sont compliquées ... Franchement !

    RépondreSupprimer
  8. Super ! Du temps pour étudier dans un endroit calme et fourni en livres ! Vivement le nouveau créneau alors ;-)

    RépondreSupprimer
  9. Moi j'admire ta sérénité et ta patience.....

    RépondreSupprimer
  10. Tu penses bien que ce billet me parle... ^^
    Ici, quand je suis à mon bureau, personne ne vient m'interrompre sous aucun prétexte... MAIS, les enfants viennent me faire des bises d'encouragement dès qu'ils passent par là... ^^

    RépondreSupprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.