Des nœuds dans mon fil

mercredi 1 mai 2013

Mauvaise mère

Si Galéa s'est décernée le titre de mère la plus indigne de la région (clic), je me décerne avec raison le titre de la plus mauvaise mère de la blogosphère.

Ce matin, à 8 heures, mon téléphone se met à vibrer dans ma poche. J'étais en train de jouer de la flûte avec l'harmonie à laquelle j'appartiens, en bordure de forêt.
- Maman, tu es où ?
- Augustin, je ne t'ai pas dit que nous avions notre sortie avec l'harmonie ? Nous marchons et nous jouons de la musique dans la forêt. Je suis avec Anatole.
- Mais il y a plein de voiture devant la maison.
- C'est normal, ce sont les marcheurs du premier mai qui se donnent rendez-vous et qui vont partir se promener. Tout est prêt, va prendre ton petit-déjeuner, Antoinette et Ambroise vont bientôt se lever.

Toute à ma joie de refaire une journée bonheur (clic), j'avais oublié d'en informer spécifiquement Augustin, qui a pourtant besoin de certitudes, de repères et d'assurance.

Ce soir, à table, Ambroise, jamais avare d'un bon mot (comme "Antoinette minerve" parce qu'elle est obligée d'en porter une !) explique : "Maman a mal lu l'histoire du petit Poucet.  Au lieu de nous perdre en forêt, c'est elle qui a voulu se perdre... et elle avait même oublié d'emporter les cailloux".

Inutile de vous raconter ma journée. A peu de choses près, elle ressemble à celle de l'année dernière. Ce qui est important, c'est qu'Anatole qui joue de la trompette dans la même harmonie passe une journée exceptionnelle avec tous les jeunes qui jouent avec nous. Il a escaladé une cabane en bois, s'est installé sur une vieille poutre, et a montré à tous les autres comment sauter de si haut. 

Le plus curieux, c'est qu'il a passé la journée avec le pull noué autour du ventre, même pour jouer au basket. Et comme nous sommes dans une association avec un même chef, je pars du principe que je n'y suis pas en tant que sa mère (tant qu'il se conduit comme il faut), et je me refuse à lui faire des réflexions comme : "Mets ton pull, il fait froid" ou "Pose donc ton pull ici, tu seras plus à l'aise pour jouer".

J'ai donc été surprise ce soir lorsqu'il m'a montré son pantalon... un clou mal placé... 


La surprise n'a pas tant été le trou que le fait qu'il soit arrivé à faire un accroc dans un pantalon déjà raccommodé... c'est bien la première fois qu'il ne profite pas d'un pantalon intègre pour le trouer !


9 commentaires:

  1. Mon pantalon est décousu et si ça continue on verra le trou d'mon pantalon…. Quand tu as parlé des voitures devant la maison j'ai cru que tu allais nous révéler que tu avais oublié que c'était le jour des visites et que les enfants restants auraient été condamnés à petit a : renvoyer les acheteurs potentiels . Petit b : jouer aux agents immobilier… La oui, grosse honte ! :) L'honneur est sauf. En revanche tu es une mère admirable de dévouement si tu t"amuses à recoudre le trou du pantalon !

    RépondreSupprimer
  2. Je suis déçue Alphonsine, avec un titre comme ça je m'attendais à une véritable indignité qui aurait remonté mon moral de mère défaillante. Si encore Augustin avait 4, à la limite 5 ans, oui, tu aurais pu prétendre au qualificatif de mauvaise mère...Comme SOphie, les voitures m'ont fait pensé à d'éventuels acheteurs avec lesquels un enfant à peine sorti du lit aurait procédé à la visite;-)
    Quant à Anatole (je sais que c'est un pseudo mais j'adore ce prénom), il peut concourir au prix du meilleur fils je pense...
    Belle journée; chez nous le soleil montre le bout de son nez!

    RépondreSupprimer
  3. MDR, j'ai pensé tout d'abord exactement comme Sophie! Tu rattrappes totalement ton oubli avec cet accroc déjà racommodé une fois. Moi je te dis, je ne le fais plus... avec un seul garçon, alors avec 4!

    RépondreSupprimer
  4. Ha les trous!!!!!
    En ce moment, ils sont pour moi une vrai bête noire.
    Mon second passe son temps à me trouer tous ses pantalons.
    J'en suis désespérée et ai averti l'institutrice, pas plus tard que ce matin, qu'il irait à l'école en pantatrou....
    Celle-ci a compati, rencontrant les mêmes soucis.
    Ouf, je ne vais pas passer pour la trop mauvaise mère, qui ne raccommode pas en systématique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton instit est sympa, parce qu'une surveillante a un jour dit à Anatole (encore lui) qui arrivait avec des trous aux genoux : "ta maman te laisse venir à l'école avec un pantalon troué ?"
      Je ne pouvais quand même pas le poursuivre avec la machine à coudre !
      Si tu veux un cours de raccommodage, c'est ici :
      http://desnoeudsdansmonfil.blogspot.fr/search/label/Raccommodage

      Supprimer
  5. Han la mauvaise mère qui n'emporte pas un pantalon de rechange dans son sac pour son bébé qui chausse du 48 !!! ( je rigole hein)Tu me fais rire Alphonsine, ça vaut au moins les coquillettes au dîner ;-)))En tous cas, racommoder les pantalons troués, alors là chapeau !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y avait pas que le pantalon qu'il aurait fallu changer ! Mais il m'a assuré qu'il n'était même pas égratigné ! Le zouave, il risquait les points de suture... à ces endroits, c'est vexant !
      Plus rapide de raccommoder un pantalon que d'aller en chercher un neuf quand on habite à la campagne !

      Supprimer
  6. pfff, Pieresso, n'importe quoi, c'est moi : So

    RépondreSupprimer
  7. J'aime beaucoup le type de bons mots de ton fils Ambroise, ça m'inspire !

    RépondreSupprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.