Des nœuds dans mon fil

vendredi 17 mai 2013

Visite insolite

Depuis trop longtemps les enfants avaient envie de grimper dans le clocher de l'église. Ils ont demandé au maire de la commune (appelons-le Bernard) s'il pouvait organiser une visite pour 8 personnes ! Il ne restait plus qu'à trouver le jour qui permette à toute la famille de se trouver présente au même moment devant la porte de la petite église du XIIème siècle.

Et enfin, ce jour tant attendu est arrivé. Bernard est venu nous chercher, nous avons sauté dans une paire de chaussures (c'est ça quand on vit comme des va-nu-pieds), avons saisi l'appareil photo au vol, et sommes partis en cohorte. 

Bernard avait bien préparé la visite. Il nous a expliqué l'histoire de l'église, nous a montré la magnifique bible écrite en allemand et datant du XVIème siècle, nous a parlé des travaux faits et à faire. Nous avons pu voir la minuscule chapelle, et entrer dans la pièce attenante contenant des seaux et des toiles d'araignées. Une part du mystère s'est alors envolée. Cette église bénéficie du simultanéum, c'est-à-dire quelle peut servir à la fois pour les offices protestants et pour les messes. En pratique, elle sert aux offices tous les dimanches, mais les catholiques peuvent y célébrer des messes à condition de le faire au moins une fois par an. S'ils faillissent une seule année, la tolérance tombe en désuétude. 

Ensuite nous sommes montés à la tribune, Monsieur Alphonse n'ayant pas voulu nous jouer un morceau d'orgue, nous avons continué notre ascension. Parce qu'en effet, à partir de la tribune, c'était d'escalade et de risque qu'il s'agissait. Un escalier raide, étroit, protégé par des toiles d'araignées gigantesques. 




Bernard le téméraire nous a précédés pour nous frayer une voie parmi ces obstacles.


Enfin, nous étions sains et saufs, du moins le croyions-nous. En réalité, Bernard nous a immédiatement mis en garde et présenté l'obstacle à venir : il s'agissait de traverser le plancher sans le traverser. Comprendre : il était impératif pour monter au clocher de passer à l'autre extrémité du grenier sans passer à travers le plancher et finir sur les bancs (forts inconfortables) de l'église.


Nous avons donc marché les bras en balanciers, un pied devant l'autre sur la poutre invisible qui était sensée tenir le plancher. Nous n'avons regardé ni à droite ni à gauche pour ne pas nous laisser perturber par les trous béants qui nous attiraient.


Après cette traversée aussi risquée que périlleuse, nous sommes arrivés sur une plate-forme. Nous avons respiré de soulagement... avant de passer à la troisième étape qui ne présentait pas de difficulté majeure : passer une porte très basse et reprendre l'ascension d'un escalier si raide qu'il en devenait une échelle.


Quelle déception en arrivant, les ouvertures étaient placées bien hautes, et empêchaient de voir autre chose que le ciel. 

Après un peu de gymnastique, nous avons tous pu admirer le village vu du haut. 



Ensuite, nous avons attendu 11 minutes que les cloches nous annoncent l'heure du goûter. A 16 heures, les marteaux se sont abattus sur les cloches. 



Nous avions tout vu, nous pouvions redescendre, le coeur heureux de cette belle visite. Merci Bernard !

13 commentaires:

  1. Quelle bonne idée ! reste plus qu'à faire le ménage...

    RépondreSupprimer
  2. Tu vis dangereusement Alphonsine...mais bon ça valait la peine n'est-ce-pas?

    RépondreSupprimer
  3. Alphonsine se fait sonner les cloches au péril de sa vie...

    RépondreSupprimer
  4. Après le plancher de cette église vous voilà mûrs pour celui de mon grenier. Je pourrais vous faire la même photo...
    Sympa la visite !

    RépondreSupprimer
  5. Waouw, c'est une bonne idée ça, la visite de l'église jusque dans les combles. Je proposerais bien cela pour la journée du patrimoine. En espérant que le sol des combles soit en meilleur état que celui de ton église...

    RépondreSupprimer
  6. Sympa comme visite ! Mon mari (du temps ou il n'était pas aussi sérieux et responsable qu'aujourd'hui) s'est invité tout seul sur le clocher de…La cathédrale Notre Dame de Senlis. Il y est grimpé de nuit…Par l'extérieur….Tant qu'à faire ;) -Mon Dieu si l'un de mes enfant me fait ça un jour je meurs d'apoplexie !-

    RépondreSupprimer
  7. Les toiles étant proportionnelles à la taille de leur architecte, j'imagine que le clocher est rempli d'énormes tégénaires...
    Jolie idée de visite, en tout cas...!

    RépondreSupprimer
  8. Quelle famille téméraire (un lien de parenté avec Indiana Jones ?) !
    Dommage que Mr Alphonse n'ait pas souhaité faire entonner une petite Toccata à l'orgue des lieux (je suis fascinée par les orgues).

    RépondreSupprimer
  9. la seule fois ou nous avons visite l'église du village avec M. le Maire, une vielle dame qui s'occupait des fleurs a constate que la porte etait ouverte et l'a refermée a double tour. Ns étions enfermés ds le clocher a une epoque ou les portables n'existaient pas. Ns avons crié...Ds un clocher, c'était un peu moyen!

    RépondreSupprimer
  10. Une belle et bonne idée de ballade originale en famille ! Mais autant qu'arachnophobe, je redoute un peu...

    RépondreSupprimer
  11. Ceux sont les Vosges que l'on aperçoit sur la 10 ème photo ?
    Quelle ascension périlleuse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est le Mont Sainte Odile.
      L'ascension était bien périlleuse que le laisse entendre l'auteur !!!

      Supprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.