Des nœuds dans mon fil

mercredi 28 août 2013

Deuxième jour de voile : lundi 5 août

(Cliquer ICI pour les vacances scandaleuses d'Alphonsine)

Je me réveille au son du plongeon d'Albert qui nage vers l'ïle aux oursins (ainsi dénommée par les enfants pour le nombre d'oursins qui l'entourent). Au retour je lui demande où sont les croissants. "La boulangerie était fermée !"

La matinée se passe à revoir les rangements, et surtout à ne rien faire. Nous cherchons en vain où peuvent se cacher les fusibles, et c'est à la main que les trois hommes de la famille remontent l'ancre. (cela nous vaudra ensuite des regards admiratifs de notre loueur).

Je reprends ma place à la barre, puis je la passe à Augustin qui apprend les subtilités des mouvements d'un voilier. Le capitaine en profite pour nous donner les règles de sécurité. "Si tu donnes la barre à Augustin, tu restes responsable, et tu restes près de lui pour vérifier qu'il barre bien... Regarde ces deux bidons qui flottent sur l'eau, cela signifie qu'entre les deux il y a un filet de pêche. Il faut le contourner largement... Un voilier qui a ses voiles a priorité sur un bateau à moteur... Entre deux voiliers, celui de droite passe le premier... Il faut observer les angles de route entre deux bateaux pour savoir si celui que tu vois passeras devant ou derrière nous. Si le croisement se fait au m^me point, celui de droite a priorité. Mais tu peux t'écarter. Dans ce cas, tu fais un mouvement ample pour lui montrer que tu l'as vu et lui faire comprendre ta manœuvre .. Les bateaux qui viennent par l'arrière n'ont jamais priorité, sauf les voiliers dans leurs manœuvres de dépassement. Il faut donc regarder la mer de tous les côtés, y compris sur l'arrière. En cas de doute, tu m'appelles, mais même si je suis à la table des cartes, je monterai souvent pour vérifier."

Nous naviguons paisiblement. Amélie est dans la cambuse, et a fixé ses menus pour les jours à venir. Elle apprend à faire cuire les pâtes ou le riz dans 1/3 d'eau de mer et 2/3 d'eau douce : le sel n'est presque pas utile sur un bateau, en pleine mer du moins !

Les paysages se succèdent, toujours pareils, toujours différents. Je me régale de la vue et commence à voir mes appréhensions de la mer disparaître.

A 14 heures, je suis à la barre, le capitaine aux cartes, Amélie lit dans le cockpit  Augustin et Antoinette sont dans leur cabine, et Albert joue avec Anselme.

Je surveille la mer à la recherche des bidons, je calcule mentalement les trajectoires des bateaux au loin, je me retourne régulièrement et j'appelle "Monsieur Alphonse, vient voir, un bateau est à pleine vitesse sur l'arrière et droit sur nous. Que veut-il faire ? Nous faire des vagues et nous éclabousser ?

- Ca doit être ça... non, le C... ne nous a pas vus...

Il fait des signes, et se jette sur le côté, je contourne la barre, et me jette sur le banc à côté de lui. Mon mari hurle : "Le fou, accrochez-vous !"

Le bateau nous aborde violemment sur l'arrière, je le vois grimper sur notre voilier, je me protège la tête, mais une barre me percute violemment l'arrière du crâne, je sens des coups terribles sur les bras, le dos, les cuisses et je me dis "maintenant le bateau va m'écraser".
Le fou qui a sauté sur notre voilier. Avant de revoir les photos, j'étais convaincue qu'il avait une coque noire. C'est encore ainsi que je la vois dans mes cauchemars.


20 commentaires:

  1. On commence a entrevoir un potentiel cauchemar...

    RépondreSupprimer
  2. Mais il était aveugle le capitaine de ce bateau ou quoi??????

    RépondreSupprimer
  3. Oh mon Dieu ! Je n'avais pas compris à quel point vos vacances avaient été vraiment mouvementées ! Je me demande si tout cela a pu réellement te réconcilier avec la mer...

    RépondreSupprimer
  4. ...moi qui croyais que tu allais nous raconter des histoires de mal de mer ou quelque chose d'approchant...

    RépondreSupprimer
  5. C'est vrai ou c'est un cauchemar ?
    Il y a forcément une suite à cet épisode ?
    Vite vite vite !!!

    RépondreSupprimer
  6. bon... si tu nous l'écris c'est que tu en es ressortie indemne ou à peu près!
    La suite La suite La suite!!

    RépondreSupprimer
  7. ouh, làlà, je ne m'attendais pas à cela ! Quelle horreur ! heureusement que tu racontes, c'est donc que tu es entière ou à peu près. J'en ai froid dans le dos!

    RépondreSupprimer
  8. un tuc me chiffonne depuis que j'ai lu ton post .. je sais maintenant : où est passé Anatole?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'a pas quitté le bateau. Je crois que je me suis un peu mélangée dans les pseudos de mes enfants !!!

      Supprimer
  9. Non, mais ? il n'aurait pas VU un voilier ?? il se prenait pour un yacht de croisière ou plutôt pour un bolide aux 24 h du Mans ? Y'en a ... ! bof.

    Et les dégâts sur votre voilier ?
    Et ton coup à la tête, tu surveilles. Vous avez les coordonnées de ce monstre ( je dirais bien ce C... moi aussi, avec le Capitaine, et même je trouve que ce n'est pas assez fort )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous n'avions pas monté la voile, faute de vent. Mais nous n'étions pas tous petits...
      Surtout, elle jouait de l'IPhone en pilote automatique au lieu de surveiller les alentours !

      Supprimer
  10. Ah la vache !
    Comme vous avez dû être secoués !!!
    Ben m***e alors, ça avait pourtant bien commencé. Et les occupants du truc à moteur ils s'en sont sortis comment ?
    Bref... on VEUT la suite, et je commence à mesurer ce qu'il y avait de scandaleux.

    RépondreSupprimer
  11. Une rencontre plutôt fracassante ou comment se lier d' " amitié" de façon originale.

    RépondreSupprimer
  12. Ca me rappelle un film, Calme blanc, où un psychopathe débarque à bord d'un bateau... Ne t'inquiète pas, à la fin, tout se termine bien (mais j'aimerais connaître la suite) !

    RépondreSupprimer
  13. Pauvre Alphonsine, ce n'est pas ça qui va te donner envie de naviguer ! J'espère que les enfants ne seront pas traumatisés au point de ne plus vouloir monter sur un bateau...Sur terre ou sur mer il y a vraiment des inconscients partout ! Quelle histoire !!! Est-ce là que Mr Alphonse s'est blessé ? et comment va-t-il? Bon courage pour oublier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que je remonterai sur un bateau. J'ai vraiment pris goût à ce qu'il y a d'heureux... et je suppose qu'un tel accident ne nous arrivera plus ! Mais il faudra convaincre Augustin, et ce n'est pas gagné !
      Mon mari a été opéré, il va mieux, merci !
      Et nous essayons de garder les bons souvenirs...

      Supprimer
  14. oulala !!! quelque aventure ! Personne ne s'est blessé ? vite ! la suite !!!

    RépondreSupprimer
  15. ohlala.... je ne m'attendais pas à ça...

    RépondreSupprimer
  16. Punaise , tu ne m'avais pas menti!! Ma pauvre! Arrête moi si je me trompe, mais est ce que ton fils marin était avec vous? Si tu nous en parles c'est que tout va mieux, mais qu'est ce qu'il s'est passé après?

    RépondreSupprimer
  17. Dis-moi qu'il s'agit du mauvais rêve qui a envahi ta 1ère nuit en mer ! Ecris qu'en fait, c'est le mauvais bouquin catastrophe que tu as lu pendant tes vacances ! C'est pas vrai, hein ?

    RépondreSupprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.