Des nœuds dans mon fil

lundi 20 juin 2016

Un tableau, une histoire (14)

Sur une idée de Lakievo

Anderson harry one-of-the-great-moments-of-your-life-your-marriage



La vieille dame se lève péniblement en entendant le facteur sonner à la porte. Elle attrape sa canne, marche à tous petits pas, comment pourrait-elle aller plus vite, fait un vœu pour que le facteur soit encore là lorsqu'elle ouvrira. Les facteurs sont si pressés de nos jours, pense-t-elle, lorsque j'étais jeune, ils entraient, buvaient un petit verre, racontait ce qu'ils avaient vu et entendu, et repartaient en direction d'un autre lieu à desservir. Actuellement ils sonnent comme des brutes, ont peu de patience, et s'en vont aussi vite qu'ils sont venus. Heureusement le facteur actuel est bienveillant, mais si c'est son remplaçant, je suis quitte à aller à la poste". Ce faisant, elle arrive à la porte, l'ouvre et reconnaît son facteur habituel si complaisant.
- Bonjour Madame Germaine, j'ai un colis pour vous.
- Un colis pour moi, mais je n'ai rien commandé.
- Vous voulez bien signer ici ?
 
Germaine signe, prend le colis, et rentre chez elle. Elle se dirige vers la salle à manger, pose le colis sur la table, va chercher un petit canif, et fend le scotch pour pouvoir ouvrir le carton. Elle découvre des pièces de puzzle. Elle ne peut retenir un sourire : "Qui donc peut m'envoyer un puzzle, et surtout sans le modèle ?" ajoute-t-elle en retournant la boîte. "Mais pourquoi n'y a-t-il pas d'expéditeur.  Voyons si je suis toujours aussi alerte !"
 
Germaine renverse les pièces sur la table, cherche "les bords", essaye de les assembler. Beaucoup de rose, du blanc, du vert. Voilà que le cadre est terminé. Elle trie alors ses morceaux en fonction des couleurs, commence par poser les roses. "Tiens, on dirait une robe". Elle poursuit patiemment son travail, poursuit avec les pièces bleues, puis les vertes, et soudain elle comprend : "Mais c'est la photo du mariage". Fébrilement elle remplit les espaces, soudain avec vivacité. Le soir est tombé depuis longtemps, Germaine a allumé les lampes, l'horloge sonne 2 heures.
 
Germaine contemple les visages. "Tante Adèle, quelle était drôle cette tante, et comme je l'aimais, toujours heureuse, toujours joyeuse, et pourtant la vie n'a pas été tendre avec elle. Tiens, Grand-papa, je l'appelais "le curieux", lui seul le savait. Il me faisait de gros yeux, mais je voyais bien son sourire caché sous sa moustache. A côté de lui, tante Héloïse. Quelle méchante femme. Toujours à critiquer, jamais contente. La pauvre, elle s'était construit une vie de désolation. Et là, au milieu, ma sœur chérie. Sa joie était totale. Elle avait rencontré un jeune homme tellement doux, tellement séduisant, tellement attentionné. Elle a vécu une vie exceptionnelle avec cet homme. Ils se sont aimés jusqu'au bout, après 74 ans de vie commune. Elle est morte la première, il ne lui a survécu que 5 heures. Ce que c'est que l'amour.
 
De tout ce tableau de gens heureux, il ne reste que moi. Forcément, j'étais la plus jeune. Bientôt je les rejoindrai tous, et nous nous retrouverons au paradis. J'ai hâte...
 
 

20 commentaires:

  1. Très originale ta version ! Serais-tu une adepte des puzzles ? ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'en ai même acheté un à Augustin. Lorsqu'il m'a vu travailler avec acharnement, il m'a dit : "Maman, tu pourrais m'acheter un puzzle de 3000 pièces pour que je vois comment tu le fais".

      Supprimer
  2. Oh c'est une très jolie idée, ce puzzle, j'aime beaucoup.

    RépondreSupprimer
  3. Excellente idée !!! Bravo, c'est vraiment super. Moi aussi j'adore faire des puzzles.
    Bon lundi Alphonsine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Combien de pièces, ton puzzle le plus grand ?

      Supprimer
  4. Jolie idée. Combien de pièces le puzzle ? :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celui-ci ? 1500, ce qui explique que Germaine y ait passé une partie de sa nuit !

      Supprimer
  5. Ohhh encore une fois j'aime beaucoup le regard que tu poses sur ce tableau!

    RépondreSupprimer
  6. Ouais mais quand même, pressée d'aller goûter les racines de pissenlits, ça ne sent pas la joie de vivre.
    Même quand on aime les puzzles...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mais justement, elle ne veut pas goûter aux racines de pissenlits, elle veut vivre dans la Gloire de Dieu, ça change tout !

      Supprimer
  7. Riche idée ta version
    bONNE SEMAINE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci, j'ai eu un peu de mal à trouver quelque chose d'original !

      Supprimer
  8. C'est doux et triste comme le regard sur les photos du passé où sont nos chers disparus. Pour moi, cela fait plus de bien que de mal parce que cela a été et que oui, je sais qu'on les retrouvera.

    RépondreSupprimer
  9. Jaime l'idée de ce puzzle et le regard de Germaine sur le passé. Beau texte original.

    RépondreSupprimer
  10. bonne idée!
    mais j'aimerais savoir qui est l'expéditeur ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Germaine aussi aimerait bien le connaître...

      Supprimer
  11. Quelle jolie idée que ce puzzle qui se recompose et entraîne avec lui les souvenirs ! Bravo ! ( les pauvres facteurs ne sont plus employés qu'en CDD et doivent rentrer au dépôt à l'heure !)

    RépondreSupprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.