Des nœuds dans mon fil

vendredi 2 janvier 2015

Mon dentiste s'est pris pour un grand Professeur

Aujourd'hui, nous avions un rendez-vous hautement important, pris de longue date, et convenu à l'avance. Nous devions être chez le dentiste à 14 heures tapante, tous les six. Ponctuels comme nous le sommes définitivement depuis que nous habitons en Suisse, j'ai déposé les enfants à 13 heures 55 devant la porte du cabinet, je suis allée garer la voiture, et j'ai sonné à 14 heures précises.
 
Nous nous sommes partagés les fauteuils club de la salle d'attente, nous avons tiré au sort l'ordre de passage et nous avons fait la seule chose qu'il était possible de faire dans un tel endroit : attendre.
 
Les uns après les autres, nous avons rejoint le fauteuil du dentiste. Les enfants m'avaient reléguée à la fin du cortège. Il me semblait alors qu'il m'appartenait de fêter dignement et royalement ce privilège.
 
Comme nous parlions légos et Mindstorms, j'ai proposé au dentiste de chercher Anatole, féru des briques, pour en discuter avec lui pendant qu'il me soignerait. Tout guilleret, il a convoqué Anatole, et l'a installé face à moi sur la seule chaise de la salle de torture. Tout allait bien : il discutait, me faisait un détartrage léger, quant il s'est arrêté pour constater que j'avais une carie, toute petite, mais à soigner !
 
A ces mots, le reste des enfants est accouru et chacun a pris place autour de moi pour voir comment on soignait une carie (il faudra que j'éclaircisse les choses, je croyais que mes enfants étaient sourds). Je déteste ces situations : on est coincé dans un fauteuil et le seul moyen de montrer sa désapprobation consiste à rouler des yeux furieux, ce qui provoque en général l'hilarité du dentiste !
 
Le dentiste : "Regardez bien les enfants, voilà ce que c'est qu'une carie. Je vais faire une anesthésie locale."
 
Ambroise : "Alors ça c'est bien, maman nous fait toujours la leçon pour qu'on se brosse les dents et c'est elle qui a une carie"
 
Amélie : "Tiens, c'est rigolo, maman ne peut plus parler"
 
Le dentiste : "Amélie, sors d'ici, je ne veux pas que tu me fasses un malaise vagal, je connais la famille, ce n'est pas pour toi".
 
Bref, ils ont paisiblement contemplé le dentiste à l'œuvre, ont posé les bonnes questions, ont admiré le geste professionnel.
 
Le dentiste de son côté jubilait, il devait s'imaginer être un grand professeur officiant devant un public nourrit d'étudiants passionnés.
 
La question reste ouverte : lequel de mes enfants s'est alors senti une vocation de dentiste ?
 
 
 
 

11 commentaires:

  1. en tant que parent, nous nous devons de saisir chaque occasion de parfaire la culture et les connaissances de nos enfants, non ?

    RépondreSupprimer
  2. Argh ! je crois que dans ta situation, j'en aurais mordu de stress le dentiste !

    RépondreSupprimer
  3. Rhhaaaaaa ! La vision d'horreur ! Je crois que je suis phobique du dentiste, mais alors crever la bouche ouverte sous les yeux de mes enfants... j'aurais déjà sauté du fauteuil avec l'aiguille plantée dans la gencive... Je te trouve bien stoïque d'avoir réussi à te contenter de rouler des yeux furibards !!!

    RépondreSupprimer
  4. ça m'inspire pour mon organisation 2015 : faire des rendez vous groupés ... Merci ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Ah ah ah !!! Mes enfants auraient rêvé d'en faire autant ! Comme les commentaires précédents, je crois que j'aurai renvoyé tout le monde à ses Gala, Point de vue, Paris Match et autres Biba ! Si on ne peut même plus être tranquille chez le dentiste ! (déjà qu'aux toilettes c'est pas toujours gagné !).

    RépondreSupprimer
  6. Un dentiste suisse qui travaille un 2 janvier, c'est exceptionnel ...
    As-tu envisagé que le dentiste trouve une carie à soigner juste pour prolonger son show devant un public si intéressé ?
    Meilleurs voeux, bonne santé (dentaire ...) à tous.
    Marie-L.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'étais en France chez mon dentiste habituel. Et non, il n'a pas inventé pour le plus grand bonheur de mes enfants !

      Supprimer
  7. Je compatis car ici aussi j'ai eu droit à une carie à 37 ans alors qu'aucun de mes enfants n'en a eu (et tant mieux en meme temps, je suis ravie pour eux!). Bref, j'aurais bien aimé voir la scène, ça devait être sympa! Et puis.... dentiste, c'est bien comme futur métier non?

    RépondreSupprimer
  8. Rhaaa mais c'est horrible ça! Souffrir devant un public choisi, qui n'oubliera pas sois-en sûre!
    Ceci dit, le dentiste est fort aimable d'avoir accepté tant de monde à la fois autour de son fauteuil....

    RépondreSupprimer
  9. Si tu savais à quel point j'ai peur du dentiste....
    Rien qu'à lire ton texte, j'avais mal aux mains, avec des fourmis au bout des doigts. Mais c'est drôle qu'Amélie s'amusait à te voir muette, bravo! (et bravo à ton dentiste)

    RépondreSupprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.