Des nœuds dans mon fil

dimanche 25 janvier 2015

Moleskine (9) : ce sont des triplés !

Il faut que je fasse mon mea culpa. Depuis que j'écris ici, je me plains : de ce qu'Alphonsine ne s'occupe pas suffisamment de moi, de ce que je suis délaissé, coincé sur une étagère...
 
Allons, soyons honnête, j'ai aussi raconté des joies :
 
- Je vous ai expliqué comment j'ai rencontré un cousin, un cousin issu de germain, qui a également MOLESKINE pour patronyme. Que de fous-rire dans le sac à main d'Alphonsine. Nous avons bien connu notre aïeul, un personnage redoutable, qui nous terrorisait et nous fascinait à la fois. Il faudra que je vous en parle un jour.
 
- J'ai narré aussi ma joie d'avoir été repris par Alphonsine qui écrit tous les jours un petit texte sur la proposition de liste de Raymond Queneau. Pour l'instant elle s'y tient scrupuleusement, mais je la sens un peu déçue, parce que le fait de devoir prendre obligatoirement un évènement de la journée l'oblige à écrire de préférence le soir, et surtout, cela tient un peu du journal intime version bêtifiant... Elle a parlé de modifier la liste, ou de ne plus se limiter aux faits de la journée. Affaire à suivre, finalement, je lui ai soufflé qu'elle n'était pas obligée de s'imposer des contraintes, elle pouvait bien changer les règles pour retrouver la joie primesautière d'écrire.
 
Pour l'instant, Alphonsine a inscrit le mot du jour sur chaque page jusqu'à la fin du mois de janvier. Elle ne peut donc plus se servir de moi pour ses histoires, ses idées d'article de blog... Elle en a tiré la conclusion incontournable : il me faudrait des petits frères. Ce qui est bien avec Alphonsine, c'est qu'elle me demande mon avis. Vous comprenez, je suis l'aîné, il faut bien qu'elle me ménage si elle souhaite que je donne le bon exemple à toute la fratrie. Nous avons donc passé le seuil de la boutique, Alphonsine dans ses bottes, et moi dans son sac à main. Cousin Agenda nous accompagnait comme de bien entendu.
 
J'ai un peu frémis en entendant le grincement du tourniquet à Moleskine. Alphonsine a cherché un cahier ligné. Pour ma part, je suis tout blanc, lisse, mais elle voulait tester les lignes. Soit, il vaut toujours mieux qu'un frère ne nous ressemble pas en tout. Elle m'a présenté des Moleskine d'un beau bleu, mais je l'ai engagée à garder une unité de couleur : comment pourrions-nous avoir des références communes si nous ne nous ressemblons pas ? C'est donc le noir qui a eu son choix. Cette fois, elle a choisi des cahiers souples alors que je suis rigide, lignés alors que j'ai des pages blanches, et plus fins. C'est parfait ainsi.
 
Et c'est ainsi que des triplés sont venus agrandir la famille... Alphonsine pourra débuter trois histoires de front ! Ca va être la fête ce soir !

 
 
 
 
 
 

7 commentaires:

  1. Trois histoires de front : pourrons-nous en savoir plus ? Tu piques ma curiosité...

    RépondreSupprimer
  2. Félicitations pour ces triplés :-)
    J'aime beaucoup la sensibilité de Moleskine :-) et puis aussi "changer les règles pour retrouver la joie primesautière d'écrire
    Bonne semaine Alphonsine :-)

    RépondreSupprimer
  3. Trois moleskine d'apparence identique, ça se complique. Peut être faut-il envisager l'achat d'un petit cousin pour gérer cette fratrie.
    Bonne écriture, Alphonsine.
    Marie-L

    RépondreSupprimer
  4. Oui, Alphonsine : change les règles si elles t'étouffent, si elles t'empêchent de laisser ta plume aller comme tu le souhaites !
    Bienvenue aux 3 jeunes Moleskines : c'est une saga familiale que tu es en train de concocter là !

    RépondreSupprimer
  5. SUperbe article, j'adore ces triplés souples , ils paraissent gris anthracites sur ta photo; mais ils sont noirs n'est ce pas?
    (Comment fais tu pour écrire sur du non-ligné?)

    RépondreSupprimer
  6. Un cousin, trois petit frères, Moleskine va jouer au grand dans la fratrie !
    Je plussoie sur les comm's précédents, et particulièrement à cux de Valentyne et de Ma' : une contrainte (en tout cas d'écriture) c'est fait pour jouer, et "tricher" (en tout cas dans un petit carnet) c'est toujours jouer".

    Et trois histoires tous les soirs, ça donne envie et le tournis !

    RépondreSupprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.