Des nœuds dans mon fil

lundi 5 septembre 2011

La chasse au trésor (2)

La première chasse au trésor avait laissé tant de bons souvenirs, que nous avons décidé de réitérer nos expériences. Mais cette fois, Alphonsine ne serait pas mise à l'écart du jeu, puisque la chasse aurait lieu dans sa maison, ou plutôt sa cour. Voyez plutôt :

Un soir, des amis du village qui dînaient chez nous, nous ont expliqué qu'ils avaient entrepris des fouilles dans leur puits, et qu'ils avaient retiré un peigne, une pièce d'or, des bouteilles... bref, de quoi nous faire rêver.


Nous sommes retournés à notre agence de location préférée : "nous aimerions louer une pompe qui permette de pomper à 8 mètres de profondeur, ainsi qu'un détecteur de métaux". Ainsi fut fait.

La pompe prête à descendre

La pompe pompe !

 





Comme tout bon chercheur d'or, nous filtrons l'eau de la pompe !

 
Le mari d'Alphonsine, metteur en scène hors pair, fait venir sa claque (ses enfants, elle lui est toujours acquise). Avec grands gestes, il enlève la plaque qui recouvre le puits de 8 mètres de profondeur. Alphonsine approche la voiture en marche arrière, de façon à ce que la boule de remorque soit proche du puits. Monsieur papa enfile le harnachement de treuillage, fait passer la corde par-dessus une poutre de la grange, fait préparer un seau au bout d'une corde, une bougie au bout d'une ficelle (elle a priorité, elle descend la première pour signaler que l'air est respirable au fond du trou), il accroche la corde de sécurité à la voiture, donne les dernières consignes à sa femme : "si je m'évanouis, mets la voiture en marche, et tire-moi doucement".
 
La bougie qui permettra de savoir si l'air est respirable au fond du puits

Nous sommes ainsi parés à toute éventualité, chaque cas de figure a été envisagé, prévu, discuté. Nous sommes proches du risque zéro.  "IL" est prêt à descendre, d'autant que depuis plusieurs heures, la pompe avait commencé à vidanger le puits. Il ne reste qu'un fond d'eau. Nous lui faisons les dernières recommandations : "regarde bien chaque pierre du puits, passe ta main dans les interstices, nous ne te quitterons pas des yeux, tout ira bien".

La descente commence. Allumer la bougie qui avait été remontée, la faire descendre en premier, pour être certain que l'air du fond soit respirable, la faire remonter parce qu'elle s'est éteinte du fait d'un faux mouvement : la mèche a tapé contre le mur. La faire redescendre. Enfin, il atteint le fond du puits. Il plonge ses jambes dans de  l'eau à 3 degrés, et décrète qu'elle est bien froide. Nous, de notre côté, nous avons bien chaud avec le soleil dans le dos. Les enfants sont tous à plat ventre autour de l'ouverture, leurs têtes attentivement penchées vers leur père. Seule Alphonsine est prête à sauter au volant de la voiture pour sauver son mari si cela s'avérait nécessaire !
Alphonsine et ses enfants regardant leur mari et père descendre chercher le trésor
 
Le mari d'Alphonsine descend

Le mari d'Alphonsine est au fond du puits

Le travail sérieux va commencer : Le mari d'Alphonsine se fait envoyer le détecteur de métaux, le passe consciencieusement sur les murs, dans le fond, mais il ne fait pas entendre la sonnerie tant espérée... Il décide de faire une pause et de remonter pour aller s'habiller plus chaudement : le T-shirt à ces températures hivernales ne suffit pas ! 


Le mari d'Alphonsine est de retour, il redescend une nouvelle fois, et commence à ramasser la boue à l'aide d'une pelle, et à remplir les seaux que nous remontons et vidons dans la cour. Quelle belle synchronisation ! Quel travail aussi. Enfin, la pierre apparaît, mais de trésor point. Quelle déception. Il remonte en examinant encore une fois les murs, en passant le détecteur sur toute la paroi, mais sans le succès escompté. "Où ont-ils donc bien pu cacher leur trésor ?"
 
Le fond du puits : il n'y a plus qu'une fine couche d'eau.

Il nous reste encore une toute petite chance : bien détailler le tas de boue qui macule la cour avant de le faire disparaître. A l'aide d'une pelle, nous procédons systématiquement. Nous découvrons des tas de débris de faïence, des tessons de bouteille, mais de trésor, il n'y en avait point, pas une pièce d'or, pas une pépite, rien. Que nenni, le jeu est fini...

Mais pour paraphraser la fable du laboureur :


"D'argent, point de caché. Mais le père fut sage
De leur montrer, avant sa mort,
Que le travail est un trésor ". (Jean de la Fontaine)       
         
De trésor, point de caché. Mais le père fut sage
De leur montrer, de son vivant,
Que le travail est un trésor. (Alphonsine)


Au moins le puits est curé, et ce travail est un trésor à lui seul !


8 commentaires:

  1. hypothèse 1 : tu caches un faux trésor pour entendre des ohh et des ahhh. Je sais, c'est de la triche.
    hypothèse 2 : tu menaces Alphonse de le laisser au fond du puits pour avoir une nouvelle voiture/cuisine/semaine de vacances.
    hypothèse 3 : tu joues au loto pour t'acheter un détecteur à métaux ; je suis sûre que tes enfants en feraient bon usage hors chasses au trésor !

    Très bonne rentrée à Alphonsine et à tous ses petits !

    RépondreSupprimer
  2. Mince alors , la fortune n'est pas encore pour aujourd'hui !
    Ils sont fiables vos voisins ou ils aiment vous faire des blagues tout simplement ???
    En tout cas Monsieur Papa est motivé !!
    Bonne rentrée chez vous !

    RépondreSupprimer
  3. Moi aussi j'aurais bien caché un trésor pour organiser une fouille. La quête est souvent bien plus palpitante que la conquête ! Merci pour ton histoire !

    RépondreSupprimer
  4. Arf! et votre eau de puit est consommable? quelle chance d'avoir un puit en état de marche! chez nous, c'est ce qui nous manque!

    RépondreSupprimer
  5. Que ne faut-il pas inventer pour occuper tes 7 (...) enfin tes 6 enfants ! Une belle leçon d'organisation, de physique-chimie-géologie-histoire aussi! Tous ont dù se régaler et en garderont un merveilleux souvenir d'enfance, c'est ce qui forge les personnalités, bravo! Bonne rentrée à tous.

    RépondreSupprimer
  6. Alors ça! Ils s'en souviendront les enfants! J'aurais eu la trouille de voir descendre mon homme dans ce pui!
    ...Je vais peut être faire pareil...Tout de même...On ne sait jamais!
    (Mais j'aurais plutôt la trouille de remonter des armes et un squelette avec casque à pointe...)
    Merci pour ton passage Alphonsine!

    RépondreSupprimer
  7. Nous avons aussi un puits assez profond dans la cour et on y a installé une pompe qui alimente la buanderie (lave linge et évier) et les robinets du jardin.... Mais nous n'avons jamais eu l'idée d'aller chercher un trésor ! Grosse erreur... si ça se trouve, les louis d'or s'accumulent peut être dans les tuyaux ???!!!

    RépondreSupprimer
  8. Quel courage d'être descendu tout au fond du puits ! Il ne faut pas être claustrophobe, j'imagine. Cela me fait penser que nous avons une citerne (moins profonde que ton puit) dans notre jardin avec 1 m d'eau. Cela faudrait peut-être le coup d'y faire une petite descente spéléo. Heu... pas moi par contre !!!

    RépondreSupprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.