Des nœuds dans mon fil

mardi 19 mars 2013

La compassion est une qualité

Vous vous souvenez peut-être de mon billet sur la constance. Aujourd'hui, je vais vous parler de la compassion. Ce ne sont pas des thèmes très courants, mais pourtant ces qualités nous accompagnent tout au long de notre vie.

L'autre jour, une personne que je connais bien m'a téléphoné. Dès que je la reconnais, mon cerveau tourne à 100.000 tours/minute pour trouver le moyen de couper court à la conversation. C'est qu'elle fait partie de ces gens odieux, méchants et destructeurs, qui, sous couvert d'une immense gentillesse, d'une grande compassion et d'une sollicitude poignante vous assènent des horreurs.

Vous allez me dire qu'il suffit de ne pas décrocher, et de rompre tout lien avec cette personne. Vous pensez bien que si je le pouvais je n'hésiterais pas une seconde, mais il y a des situations complexes qui ne se résolvent pas avec des "il suffit que tu..." J'ai donc opté pour une technique de protection rapprochée et dès que je reconnais sa voix, je revêts une carapace. Je peux ainsi l'écouter avec détachement. Et ensuite, je me promets de vous écrire un billet, et alors elle devient drôle et ne me touche plus... Les bienfaits de la blogosphère !

Donc, sa technique de destruction avancée consiste à me demander des nouvelles de chacun de nous (mari et enfants), et surtout de ne répondre à aucune de mes annonces pour me signifier qu'elle se fiche éperdument de ce que je raconte, mais le tout avec une voix charmante, attentionnée et gentille.

L'autre jour elle m'a demandé des nouvelles de ma maison.
- Elle n'est pas encore vendue. Mais l'agent immobilier est compétent.
- Tu sais, chez nous il y avait une très grande maison à vendre. Elle a mis plusieurs années à être vendue. Les petites maisons partent plus facilement, mais les grandes finissent également par trouver un acquéreur, il suffit d'attendre. Je te dis, pour cette grande maison, ça a mis plusieurs années, mais elle est vendue.
- Je ne suis pas inquiète du tout.
- Parce que soit certaine que les petites maisons se vendent facilement, mais pour les grandes ce n'est pas du tout le cas. Il suffit pourtant d'attendre plusieurs années.

J'ai arrêté de dire que je n'étais pas inquiète, parce qu'elle renchérissait dans le fait qu'il est facile de vendre une grande maison après plusieurs années d'attente.

Et puis j'ai trouvé le moyen de raccrocher... Et puis, j'ai trouvé le moyen d'en rire !



9 commentaires:

  1. C'est amusant ton billet : J'ai eu le même genre de conversation hier. Mais c'était en face à face. Tu la repères de loin dans la rue et tu te dis "trop tard". Elle est gentille pourtant. Mais c'est le genre de personne que je fuis parce qu'elle est capable de dire une chose à l'un et son contraire à l'autre. Le genre d'individu qui retourne sa veste en fonction de ce qu'elle a à y gagner. C'est terrible. Et donc elle me félicite pour "le nouveau poste de mon mari ainsi que pour tout ce que je fais (mon Dieu mais quelle énergie !)" Elle demande des nouvelles des uns et des autres et finit par me dire, la main posée sur le bras et d'un air de conspirateur : " Prends soin de toi tu sais, j'ai ma cousine qui a cru pouvoir tout cumuler quand son mari a eu les mêmes responsabilités, elle est devenue hystérique et son mari l'a quittée. C'est très dur pour les cinq enfants…"
    Ça a fait rire mon homme. Vaut mieux…

    RépondreSupprimer
  2. Je te souhaiterais bien de pouvoir te débarrasser de cette charitable personne aussi vite que de ta maison, mais hélas comme tu le dis on est parfois obligé de subir leurs amabilités...

    RépondreSupprimer
  3. C'est le genre de personnes que j'appelle des "Saint Jean bouche d'Or'"... Je ne crois pas que ce soit de la méchanceté, mais plus simplement un manque d'intelligence.
    Ma technique est un peu la même que la tienne : le salut dans la fuite (et si je ne peux pas, je me prépare en me disant "quelle énormité elle va me sortir aujourd'hui..." !)

    RépondreSupprimer
  4. Mon Dieu comme il me faut de la ressource pour ne pas me farcir ce genre de presonne ...Enfin quand comme tu le dis je n'ai pas le choix ! Mais tu l'as bien eu ! bravo !!!

    RépondreSupprimer
  5. On doit pouvoir réussir à se débarrasser de ce genre de personnes, mais vu leur GROSSE passion pour la con***rie, je crains que ça ne prenne quelques années.
    (ouh là... je me relis et me demande si je n'aurais pas besoin de vacances, mouaaaa... :/

    RépondreSupprimer
  6. Quand tu auras déménagé, "oublie" de lui donner ton nouveau numéro de téléphone...Bon courage !

    RépondreSupprimer
  7. Elle est pessimiste.... Et donc pas drôle du tout... On pourrait lui dire : "Et bien, quel pessimisme ma pauv' dame..." Peut-être que le mot pauv', lui laisserait un goût amer...

    RépondreSupprimer
  8. Merci Yanou pour l'expression ! -Que je trouve bien trop jolie pour qualifier ce genre de personne ;)-

    RépondreSupprimer
  9. J'en ai une comme cela dans mon entourage proche , suffisamment proche pour ne pas pouvoir couper les ponts.
    L'autre jour au tel, j'ai réussi à balancer "de toute façon je peux toujours causer elle se fout complètement de ce que je raconte" sans qu'elle s'interrompe dans son discours. Elle n'en a effectivement rien à faire de ce que je pense... la conversation avec elle n'est en gros qu'un long (une heure quand même et j'ai eu du mal à raccrocher pour aller chercher ma fille à l'école), très long monologue !
    Moi aussi je prends du recul et je finis par en rire !

    RépondreSupprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.