Des nœuds dans mon fil

dimanche 13 octobre 2013

Patrouilleurs

J'ai découvert que les suisses avaient depuis longtemps réglé le problème de la circulation devant les écoles aux horaires d'entrée ou de sortie, et surtout, des soucis pour traverser la route.

D'abord, je constate que d'une façon générale, TOUTES les voitures s'arrêtent aux passages piétons, qu'il y ait une école ou non. Ensuite, elles ne s'arrêtent pas au dernier moment, mais dès qu'elles suspectent qu'un piéton envisage de traverser. Un passage piéton est donc un moyen de traverser en sécurité.

Devant les écoles, pour plus de sécurité encore, ont été mis en place un système de patrouilleurs. Les élèves volontaires pour être patrouilleurs suivent une petite formation. On leur remet un gilet jaune, et on leur donne un panneau comportant un "stop" d'un côté, et un disque vert de l'autre. Ils sortent cinq minutes avant leurs camarades pour prendre place. Dès qu'un piéton veut traverser, ils se concertent du regard, se mettent au milieu de leur voie, et arrêtent les voitures. S'il y a trop de voitures, ils arrêtent les piétons pour permettre à la circulation d'être fluide. 

Les enfants aiment beaucoup être patrouilleurs. Ils font leur travail avec zèle et sérieux !

18 commentaires:

  1. Il y a des patrouilleurs en France aussi mais ce sont des adultes, pas toujours "finauds" mais qui permettent aux enfants de traverser en leur donnant systématiquement la priorité, même quand les voitures s'accumulent dans la rue en sens unique de l'école, créant un bel embouteillage et rendant les "slalom" d'enfants entre les voitures dangereux. Enfin, c'était comme ça devant son école lorsque mon "mini" était en primaire et je les maudissais ! Sans doute une formation pour les rendre plus futes futes aurait été utile mais je suis mauvaise langue puisqu'il est sain et sauf !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien là la différence : on protège le piéton, mais on respecte l'automobiliste !

      Supprimer
  2. J'ai des principes moi, je suis contre le travail des enfants (même bénévole)...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me fais rire avec tes réflexions clinquantes !

      Supprimer
  3. J'estime que l'investissement des enfants dans leur sécurité est essentiel, un excellent moyen de les sensibiliser et les responsabiliser. Peut-être seront-ils des adultes plus respectueux de leurs pairs !

    RépondreSupprimer
  4. Ici ce travail est fait par les agents de ville. Qui donnent systématiquement la priorité aux piétons... Je trouve que c'est une bonne idée de le faire faire par les enfants, mais ici, quand je vois comment conduisent les gens, il faut au moins porter un uniforme pour espérer se faire obéir !!!

    RépondreSupprimer
  5. Je croyais avoir posté un commentaire ce matin ... mais je n'étais pas assez réveillée, il s'est perdu .
    Tant pis, je recommence ma brillante analyse iconographique :
    Si les partouilleurs sont équipés de panneaux recto verso, et que le vert est au dos du stop ( qui doit être rouge et blanc) alors, pourquoi la jeune fille qui fait face à l'auto qui arrive sur elle nous montre-t-elle à nous qui sommes dans son dos le côté stop ...
    Soit je n'y vois pas clair , soit les enfants ne font pas toujours leur travail avec Zèle et sérieux.
    Comme - je ne me remets jamais en question - je connais ton humour, je penche pour la deuxième solution ...

    RépondreSupprimer
  6. Merci So pour ton analyse ! Figure-toi que je ne l'avais pas remarqué ! La fille s'est en effet trompée de sens !!! Mais tu noteras le civisme du conducteur qui ne se fie pas au panneau mais à la situation !
    La photo a été prise en début d'année, il y a fort à parier qu'elle est imbattable à ce jour sur le sens du panneau !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La vérité c'est que j'ai pensé que tu avais fait exprès pour nous faire sourire !

      Supprimer
    2. J'ai vérifié à nouveau : en fait les panneaux sont blancs cerclés de rouge sur les deux faces, d'où la confusion. La petite qui travaille exécute donc parfaitement sa tâche ! C'est moi qui me suis trompée.

      Supprimer
  7. personnellement, je trouve cette initiative extraordinaire. Ici a Marseille, les voitures "forcent" le feu rouge. Les piétons st en constante insécurité, c'est terrible...Et moi qui ne suis pas e nature inquiète, je tremble des que les filles ont 10 min de retard!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A Strasbourg je tremblais pour les mêmes raisons. J'ai eu des sueurs froides par moments !

      Supprimer
  8. La Suisse semble bien en avance sur la France !!!

    RépondreSupprimer
  9. Ici, à Tahiti, la chose qui m'a le plus surprise quand je suis arrivée, c'est que, comme chez toi en Suisse Alphonsine, les automobilistes s'arrêtent aux passages piétons ... parfois même AVANT qu'on ait mis un seul orteil sur le passage protégé ! et les seuls qui ne s'arrêtent pas , ce sont .... les métropolitains !!!! Toute une éducation à refaire !!!

    RépondreSupprimer
  10. bon on ne va pas faire confiance à cette petite qui tient le panneau à l'envers
    chez nous ; il y a TROP de feux tricolores et TROP de passages piétons
    alors c'est décourageant de s'arrêter tous les 10m , tu comprends , Madame la suisse
    quand je vois de loin un feu vert , je foooooonce pour ne pas l'avoir à l'orange ,
    il Y EN A DE TROP , ET TROP CA TUE LES ENVIES DE s’arrêter
    ce n'est pas que mon avis , une amie qui vit à Washington me dit pareil !!

    RépondreSupprimer
  11. je n'écrase personne quand même ,:) et c'est par un manque de passage protégé à un grand carrefour , que je me suis faite écrasée par une auto , alors que j'étais à l'arrêt avec mon vélo ....donc , trop par endroit et pas assez par ailleurs:)

    RépondreSupprimer
  12. Ah ben oui, la vision suisse des choses arrive en France, Rassure-toi !

    RépondreSupprimer
  13. Réflexion faite, je pense aussi que certains français se dépêchent de dépasser le passage piéton pour laisser le piéton traverser derrière lui.... Bon... pas cool !

    RépondreSupprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.