Des nœuds dans mon fil

mardi 15 octobre 2013

Patrouilleurs (2)

Ce billet est pour vous, Albert et Antoinette, mes enfants impitoyables : "Franchement maman, ton billet sur les patrouilleurs manque de tout. Comment as-tu pu publier un tel billet ? Il n'y a pas de chute, pas de début, le reste est mal écrit." (voir ICI le billet raté

Soit, enfants impitoyables, je revois ma copie. (... d'autant plus que c'était bien mon sentiment aussi, mais ce billet a malheureusement sauté du mode brouillon en mode publier sans attendre que je lui fasse signe !)

Tous les pays sont confrontés à la coexistence des piétons et des automobilistes (qui sont également piétons à leurs heures perdues mais qui ont tendance à l'oublier une fois installés derrière leur volant). Chaque pays cherche une solution à sa façon. En France, on a commencé par mobiliser les forces de l'ordre. Un uniforme, un képi, un sifflet, rien de tel pour faire respecter les passages piétons. Ensuite on a changé le montant des amendes en cas de refus de faire traverser un piéton. Mais comme cet article du code de la route n'est jamais appliqué, il n'est jamais respecté. CQFD ! On a alors eu l'idée de faire travailler des gens à qui on a remis un gilet jaune fluorescent (parfois il est orange, ce qui n'apporte rien en terme d'esthétique) et la consigne de faire traverser nos petits chérubins. La plupart du temps les voitures s'accumulent de part et d'autre des lignes blanches des passages piétons. Les enfants traversent en sécurité, mais les automobilistes râlent avec raison.

Arrivée en Suisse, j'ai découvert une autre façon de remédier à la sécurité devant les écoles. On prend les enfants volontaires de 10 - 12 ans, on leur remet un gilet fluorescent et un panneau à deux face : l'une blanche cerclée de rouge pour interdire aux voitures de passer, l'autre verte pour leur faire signe qu'ils peuvent circuler. On les forme bien entendu à cette tâche, et c'est tout seuls qu'ils s'occupent avec sérieux et conscience à faire traverser leurs petits camarades, et à veiller à ce que la circulation reste fluide. Tout le monde leur fait confiance, et avec raison.

C'est ainsi qu'on aura des citoyens responsables et que ces enfants tout le moins sauront s'arrêter aux passages piétons le jour où il seront devenus conducteurs !

14 commentaires:

  1. En effet, ils sont très impitoyables, tes enfants, moi il m'allait très bien le premier billet§ Surtout que je n'avais même pas remarqué les erreurs de panneau
    Et comme Brigitte, je tremblerai de savoir ce travail effectué par des enfants, ayant déjà vu des "fatigués" remonter une file de voiture pour doubler devant un feu rouge, ben quoi zavaient ka avancer!

    RépondreSupprimer
  2. Impitoyables, oui, mais ça nous fait aussi avancer ...
    Ils sont patrouilleurs tes enfants ? Ou alors il y a une liste d'attente ? Un passe-droit pour les Suisse de souche ??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas comment on devient patrouilleur, mais mes enfants sont trop âgés.

      Supprimer
  3. Il était très bien ton premier billet! Heureusement que mes enfants sont nuls en français finalement, je n'ose même pas imaginer ce qu'ils diraient! Et pour apporter ma pierre au sujet, en Angleterre, les enfants traversent grâce aux lollipop ladies, avec leur gros panneaux stop en forme de sucette géante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi ? Tes billets sont bien écrits, surtout quand tu parles de ton fils !!!

      Supprimer
  4. Voilà un article qu'il est bien ficelé ! mais j'aimais bien aussi la version spontanée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es trop gentille ! Antoinette m'a dit qu'enfin c'était lisible, et Albert ne l'a pas encore lu !

      Supprimer
    2. N'exagérons pas. J'ai seulement dis qu'il manquait le langage soutenu, ainsi que la touche d'humour habituelle.

      Antoinette

      Supprimer
    3. Que nos enfants sont sévères parfois, heureusement, eux sont irréprochables ;-) Demoiselle Antoinette, vous êtes une étourdie ( Et moi un horrible professeur impitoyable, pardonnez-moi )
      Merci en tous cas à vous enfants d'Alphonsine de nous donner l'occasion de nous régaler de vos aventures, et de lire deux fois la prose d'Alphonsine.
      So, fan d'Alphonsine. Et de ses enfants.

      Supprimer
    4. Si tu veux, je te les prête !

      Supprimer
  5. Ben ça change rien au contenu cette histoire? !!!
    Ah si, tu parles du système français et les mets en balance avec le système suisse alors que précédemment, tu ne parlais que du second. De ce fait, mon commentaire précédent devient parfaitement inutile, chose que tu serais gentille de faire remarquer à tes enfants !!!

    RépondreSupprimer
  6. J'aime beaucoup le concept.
    En France, dans certains villes, tu as le temps de te dessécher au bord de la route avant que quelqu'un ne daigne s'arrêter pour te laisser passer.
    C'est pour toutes ces petites choses qu'il fait parait-il si bon vivre en Suisse.

    RépondreSupprimer
  7. Oui, on aura des Suisses enfants devenus Suisses adultes responsables. Je ne pense pas qu'en France, on forme les personnes qui s'occupent des passages pour piéton aux alentours des écoles. Sans doute une idée pour la prochaine réunion sur la sécurité à l'école.

    RépondreSupprimer
  8. en effet, ça ne change rien au contenu, ni au fond d'ailleurs. Les gens ralent pour tout en France, et font toujours la gueule (excusez moi), surtout en IDF. Moi j'en ai assez, mais on ne peut pas bouger, alors on vie avec !

    RépondreSupprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.