Des nœuds dans mon fil

dimanche 17 novembre 2013

La visite d'une usine de chocolat



Suite de la première partie : Le voyage au pays du chocolat.



La deuxième partie de la visite de l'usine Cailler est une visite libre. Des panneaux explicatifs rappellent toutes les étapes à partir de la fève de cacao jusqu'au chocolat emballé. On peut toucher et sentir les fèves, comparer différentes catégories, les étudier torréfiées ou nature.

Puis, ô merveille, nous avons pu admirer les robots qui font les branches, vous savez, ces délicieux chocolats enrobés de noisettes et emballés dans des papiers bleu, rouge ou vert.

Jusque là les enfants chipotaient pour savoir si les branches rouges étaient meilleures que les bleues, ou si au contraire c'étaient plutôt les vertes qui avaient la préférence. Moi, j'optais pour les rouges. Nous étions tous dans l'erreur, et la chaîne de montage allait nous montrer pourquoi.
La pâte de chocolat est déposée dans une cuve

Elle est pressée et ressort sous forme d'interminables gros spaghettis


Elle traverse un très long frigidaire (une paroi vitrée nous a permis d'étudier la progression)

Le tapis pénètre dans un caisson qui va découper les spaghettis pour former des petits doigts

On voit bien les spaghettis découpés

Là, vous allez rêver : du chocolat aux éclats de noisettes tombe en douche sur les doigts pour les enrober

Les "branches" terminés vont refaire un tour au frigo

Les voilà au frigo.
Pendant qu'ils effectuent leur traversée, un ordinateur les jauge avec des lasers pour noter ceux qui ne sont pas normés.

Le bras saisi à l'aide d'une ventouse les branches normées, et les dispose en rangs de deux.
Les autres sont laissées en place.
Les fameux papiers rouge, bleu et vert !
Ils arrivent en rouleaux.
Conséquence 1 : il y a autant de chocolats de chaque sorte
Conséquence 2 : C'est le même chocolat qui est emballé, il n'y a donc pas de différence de goût selon les couleurs.


Ils tombent dans un panier

Albert est venu me chercher à plusieurs reprises, mais je ne décollais pas mon nez des vitres. Anatole s'extasiait avec moi pendant que les touristes passaient à côté de nous. 

Il restait le plus important  pour les mangeurs de chocolat : la séance dégustation. Une pièce, des tables en "U", et on circule autour en piochant allègrement...


J'ai fait une orgie de chocolat : j'ai mangé trois carreaux. J'étais épuisée.


15 commentaires:

  1. Donc si j'ai bien compris, tu n'aimes pas le chocolat... sauf les branches (connais pô) avec un maximum de 3 ! Allons allons, as tu au moins goûté du vrai BON chocolat ? Je veux dire pas un chocolat trop gras, trop écoeurant... mais un chocolat fin, pas trop sucré ? Peut être es-tu plutôt chocolat noir ?

    RépondreSupprimer
  2. oh punaise, ça me rappelle que non loin de chez toi il y a un chocolatier (Villars) dont je raffole absolument...je ne suis pourtant pas très chocolat non plus, mais honnêtement en novembre je me jette dessus

    RépondreSupprimer
  3. Tu n'organiserais pas un petit concours pour gagner les chocolats que vous avez peut être rapportés ? Parce que là, tout de suite, j'ai une de ces envies de chocolat...

    RépondreSupprimer
  4. Mais alors pourquoi 3 couleurs d'emballages pour les branches ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour que tu en manges trois fois plus, parce que tu prends une branche de chaque couleur !!!
      Et puis, il faut bien le dire, c'est quand même plus joli dans un paquet !

      Supprimer
  5. Oh non, nous n'aurons plus d'alibi pour tester toutes les couleurs de branche maintenant que nous connaissons la réponse... Pfff, je vais peut-être garder le secret pour pouvoir continuer à goûter à l'aveugle avec les enfants... Merci pour la visite en tout cas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si j'avais su que j'apporterais une telle désolation dans une famille, je me serais abstenue de rédiger cet article !!!
      Bienvenue sur mon blog, "les deuxmoiselles" et @ très vite !

      Supprimer
  6. Connais pas les branches... On trouve ça ailleurs qu'en Suisse ?
    Sinon, rien que de voir les photos, je sens mon estomac se réveiller !!!

    RépondreSupprimer
  7. MIAM ! 2 reportages sur le chocolat, tu es terrrribleule ! Je crois que je suis faite pour vivre en suisse !

    RépondreSupprimer
  8. Waouh, un post tres tres alléchant!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avoue que je suis très forte de savoir donner envie de manger quelque chose qui me laisse indifférente !!!

      Supprimer
  9. j'ai visité cette usine l'an dernier et je n'en garde pas un grand souvenir .... on te laisse comme par hasard zoner dans la boutique avant de t'appeler ...... et on ne voit pas grand chose de la fabrication en elle-même ......
    lausap

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est amusant comme on peut ressentir les choses ! Il va de soi qu'il est impossible d'avoir accès aux secrets de fabrication. Mais ce qui est montré est fort sympathique.
      Quant à la boutique, je me promène toujours dans les boutiques de musées, je suis toujours curieuse de voir tout ce qui peut être regroupé sur le sujet. Cela ne veut pas dire que j'achète.
      J'ai comparé les prix du chocolat, ils vendent à un prix promotionnel, alors tant qu'à acheter du chocolat, autant le prendre directement sur place.

      Supprimer
    2. ce sont nos différences qui font notre richesse !
      lausap

      Supprimer
  10. Merci pur ce grand billet, moi j'ai adoré la visite par Alphonsine interposée! Je suis comme toi, les lieux industriels m'intéressent beaucoup, j'avais adoré visité l'usine Perrier, et surtout la fabrication des bouteilles, fascinant, mais bruyant!

    RépondreSupprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.