Des nœuds dans mon fil

mercredi 11 janvier 2012

La barbe à papa (1)

Je vous ai annoncé, en son temps (cliquer ici) que Saint Nicolas avait rapporté une machine à faire les barbes à papa à tous les gentils enfants d'Alphonsine. Si Saint Nicolas m'avait demandé mon avis, je lui aurais dit la réalité sur mes enfants. Mais il ne l'a pas fait, et a considéré qu'ils avaient été très sages durant toute l'année. Je n'ai pas eu le coeur de le décevoir, c'est pourquoi mes six enfants soi-disant très sages ont eu un appareil à fabriquer les barbes à papa.

Ce nom est à lui seul toute une poésie. La barbe à papa... déjà toute petite j'aimais voir les barbes à papa toutes roses piquées autour de la machine de la foire. Et j'admirais les badauds qui s'achetaient une telle délicatesse, vaporeuse, jolie, aérienne... Je n'en ai jamais eu, ma mère ayant affirmé que ce n'était pas bon. Soit. J'avoue avoir toujours eu de la difficulté à croire qu'une chose aussi jolie pouvait ne pas être bonne.

Et puis je suis devenue grande, et j'ai épousé Monsieur Alphonse. Monsieur Alphonse n'est pas catégorique s'agissant des choses comestibles. Il serait même plutôt entreprenant et fonceur. Il avait déjà goûté de la barbe à papa avant de me connaître, avait trouvé ce met délicieux, et lorsque notre aînée a été suffisament grande pour y goûter, il a acheté une barbe à papa, toute ronde, toute aérienne, toute rose et toute vaporeuse.

J'étais émue. Si, si, vraiment émue de penser que j'allais enfin connaître le goût d'une barbe à papa. J'ai approché mes doigts : ils se sont méchamment collés à la substance qui n'était déjà plus vraiment aérienne. J'ai porté un peu de cette mousse dans ma bouche : il n'en restait rien. Ah, mais, c'était de la triche, que dis-je, de la magie : comment la barbe pouvait-elle disparaître à peine passée la barrière des dents ? J'ai refait l'expérience, décevant. Et puis, j'ai regardé ce qu'en pensait Arthurine, et là, j'ai compris la raison évidente pour laquelle ma propre mère ne voulait pas acheter de barbe à papa : il y en avait partout : sur la bouche, les joues, toute la frimousse, les mains, les gants, le manteau, et une fois avalée, il a fallu enlever toute cette colle avec un mouchoir en papier qui laissa des lambeaux de papier sur l'enfant et ses vêtements. Et c'est bien entendu le moment que choisit Arthurine pour vouloir grimper dans mes bras. Ben voyons...

Ce jour-là, j'ai décidé que c'était la dernière fois. C'était sans compter sur Monsieur Alphonse qui me trouvait un peu catégorique sur ce coup-là. J'ai donc tempéré, et accepté, tous les hivers que les enfants (il y en avait un de plus de temps en temps) aiment passionnément la barbe à papa au point de s'en mettre partout, y compris sur leur mère.

En décembre dernier, j'ai découvert la machine à barbe à papa. Elle était là, devant moi, sur l'étalage. Elle me narguait, me toisait, me jaugeait en ayant l'air de dire "tu vas craquer, Alphonsine, tu vas craquer". Elle avait raison, j'ai craqué, je l'ai embarquée dans mon caddie.

 "Elle est un peu mazo Alphonsine". Je vous entends ricanner d'ici. Que nenni, ô amie blogueuse, elle est sensée Alphonsine, elle pense qu'il vaut mieux manger de la barbe à papa sans manteau, sans gant, sans rien de compliqué à laver, et d'avoir le robinet à proximité pour laver tout le sucre qui se dépose sur les doigts et le bout du nez !

Et comme ce billet est déjà assez long, je vous expliquerai demain comment on fait de la barbe à papa chez soi. Ne croyez pas que c'est facile, il y a un monde entre les explications du mode d'emploi et la réalité !

(Affaire à suivre)


7 commentaires:

  1. Excellent !
    Je suis de près vos petites nouvelles et photos..... sans laisser de commentaires systématiques. Mais j'aime beaucoup votre blog, l'un des deux que je consulte pour ainsi dire tous les jours.
    Que dire, je me régale bien souvent à vous lire.

    RépondreSupprimer
  2. je n'aime pas la barbe à papa pour tous les désagréments que tu mentionnes.... mais j'ai hâte de connaître la suite de l'histoire.... ce sera à faire pour mes éventuels futurs petits-enfants !!

    RépondreSupprimer
  3. Moi non plus, je n'avais pas le droit d'en manger ! trop écoeurant disait ma mère pour y avoir goûté avant nous !

    RépondreSupprimer
  4. Je suis bien d'accord avec toi pour les désagréments, mais alors, qu'est ce que ça fait plaisir !! Le plus pratique, c'est quand même l'été, quand on a toujours une bouteille d'eau sous la main, parce que ça part très bien sur la peau nue !

    RépondreSupprimer
  5. alors la, respect, mon mari et mes enfants sont fans, comme les tiens mais je ne me risquerai pas a l'achat d'un tel matériel!

    RépondreSupprimer
  6. Ah les joies du nettoyage post-barbe à papa... Mes parents étaient plutôt contre la barbe à papa mais avec ma soeur, adolescentes, nous nous en étions acheté une, histoire de comprendre ! J'aurais bien aimé que mes enfants attendent aussi l'adolescence pour y goûter.. ce ne fût pas le cas ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Oh oui tout comme toi, je fus interdite de barbapapa, "pas bon!"
    et très déçue pendant des années....C'est tout à fait ce que tu décris, le rêve et la déception ,une fois que tu goutes et que tu te retrouve avec un peu de sucre qui pègue sur les doigts....

    RépondreSupprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.