Des nœuds dans mon fil

jeudi 19 septembre 2013

Main courante

Suite à mon article "je vais me plaindre", vous attendez tous que je vous énumère les complaintes qui émaillent mon joli cahier "Main courante".

Vous vous souvenez que ce cahier a été ouvert sur l'inspiration de Ginger, et qu'il a été posé en évidence sur la table du salon. J'ai attendu avec impatience que les feuilles se remplissent, en espérant pouvoir en rire, le soir, avec Monsieur Alphonse. Que les mauvaises langues se calment, je suis une mauvaise mère et je m'en contente, mais oui, je ris lorsque mes enfants pleurent...

Malheureusement, non seulement il ne se remplit pas au rythme où j'entends "je vais me plaindre", mais il ne contient rien de bien scandaleux. Tant mieux, la DRASS ne va pas se mêler de ma vie privée. Néanmoins, j'aurais bien aimé devenir juge de paix ou quelque chose d'approchant, même si je préfère le rôle de l'avocat (on ne change pas si facilement de profession, même après 21 ans de non exercice !).

Anatole : Il est inadmissible qu'Ambroise et Augustin ne fassent pas la vaisselle du matin, aussi, je me permets de proposer qu'il y ait un roulement et qu'ils puissent aussi faire la table midi et soir.

Ambroise : Moi, Ambroise, en personne, je me permets de dire qu'il est inadmissible qu'on ne puisse pas avoir de goûter et que l'on doit toujours répondre quand on nous appelle et que les parents ne répondent pas et que c'est vrai ben quoi à la fin, sans blague !

Augustin : Je ne suis pas d'accord qu'Ambroise fasse la vaisselle le matin, le midi et le soir avec Albert.

Augustin : Je ne suis pas d'accord des ampoules qui ne marchent pas.

Albert : Porter plainte, pourquoi ? Je ne suis pas menuisier.

Anatole : Il faudrait voir pour que je ne sois pas assis au milieu dans la voiture, mais sur les bords.

Ambroise : L'article 6 devrait être interdit car on devrait avoir droit aux fautes. (et puis les plaintes naissent libres et égaux en droit aux fautes).

Anatole : Je déplore que papa n'écoute pas lorsqu'on lui adresse la parole.

Albert : Après les vacances palpitantes, un bateau qui a réussit une chirurgie esthétique sur certains, un autre dont l'arrière a été cassé, un déménagement qui, d'un jour à l'autre changeait comme les nuages dans le ciel, je trouve intolérable que de façon imprévisible nous puissions prévoir le prévisible de ce qui ne nous serait jamais arrivé sans l'imprévisible.

Ambroise : Je trouve que certaines personnes pourraient exprimer un peu plus clairement leurs plaintes.

Antoinette : Serait-il possible de rajouter un article au règlement impliquant l'obligation d'écrire lisiblement avec des lettres existantes et non des traits horizontaux remplaçants les 2/26ème des lettres de l'alphabet ?

Albert : Moi je trouve que le sujet qui me tient à coeur se doit d'être mis en avant par des truchements non point rhétoriques ou théoriques mais bel et bien pratiques. Qu'est ce qui ne saurait être dit, sinon ce qui vient du coeur dans un cahier de plainte ? C'est pourquoi il serait de bon ton d'examiner avec attention l'analyse des idées transmises, et en particulier du sujet que j'ai envie d'aborder ici. Mais pourquoi seulement l'aborder ? Ceci serait certes plus aisé, mais non moins facile que de l'écrire en entier. C'est pourquoi je vais aborder mon sujet et en détailler chaque points. La commission rejettera-t-elle ma plainte ?

Alphonsine : Les chaussures de l'entrée ne sont jamais rangées.

Ambroise : "Vous avez deux nouveaux messages"
1. Certains gens voient les choses plus difficiles qu'elles ne le paraissent, les phrases les plus courtes sont les moins longues. Mais allons droit au but. Donc je disais que certaines personnes - prenons un exemple (au hasard) Albert - quelqu'un de tout à fait gentil et qui ne m'a rien fait (ni à moi, ni à personne) et qui a tendance à écrire des phrases trop longues.
Par ex : Il a écrit une plainte -trois pages avant- où il a exprimé des tas de choses qui ne veulent rien dire (sauf peut-être pour lui, peut-être...). 
Donc, on devrait avoir des plaintes plus courtes (celle-ci ne compte pas)
2. Certaines autres personnes ont cette fois-ci tendance et la manie de former des plaintes trop courtes qui d'ailleurs ne sont même pas des plaintes : "certes" ou "pourquoi".
Je rapelle donc que ce cahier est une "main courante" et pas des SMS !!! Merci

PS : Ce cahier est une atteinte aux droits des enfants.

Augustin : Je ne suis pas d'accord qu'Ambroise fasse des rédactions.

Antoinette : L'article 4 stipule qu'il faut écrire son nom, donc les initiales ne sont pas valables, car d'autres personnes peuvent avoir les mêmes.

Augustin : Je ne suis pas d'accord qu'Anatole prenne mon skate.

Ambroise : Bonjour, aujourd'hui, en ce 25 août 2013, je vais faire une simple remarque qui est aussi un peu une plainte (eh oui...). L'article 5 affirme que la MC sera lue. Il y a eu 21 plaintes et aucune n'a été examinée. C'est pourquoi je propose que chaque semaine, le soir, samedi par exemple, on en fasse part.

Anatole : Chère famille, Je me demandais s'il était possible d'arrêter de procrastiner. En effet, il faudrait établir un tableau de vaisselle car chacun des enfants a son emploi du temps. Amicalement.

Antoinette : Il n'y a que papa qui reçoit des lettres, ce n'est pas juste.

Augustin : Je ne suis pas d'accord qu'Anatole me foute des claques.



Et pour calmer Ambroise qui non seulement continue à dire "je vais me plaindre", mais qui de plus ne couche pas sur le papier le motif de plainte, j'ai décidé de le remplacer : dès qu'il affirme vouloir se plaindre, je note son désespoir dans le cahier. Je vais vous donner un aperçu des VRAIES doléances d'Ambroise. A leurs lectures, vous verrez qu'elles sont réellement mortifères !

- Je ne veux pas me tenir droit sur ma chaise.
- Je ne veux pas obéir.
- Je ne veux pas tenir mes couverts convenablement.
- Je ne veux pas aller chez maman lorsqu'elle m'appelle.
- Je veux pouvoir manger la serviette posée sur ma tête.
- Je veux pouvoir me servir de l'eau en tenant la carafe de telle façon qu'il y ait une flaque d'eau sur la table.
- Je ne veux pas avoir de devoirs, ni même aller à l'école.
- Je ne veux plus être assis devant Anatole à table.
- Je n'ai pas eu le droit de manger une pastille Vichy juste avant le goûter.

Albert : Je trouve déplorable que ce cahier ait perdu de son charme depuis que de vraies plaintes sont formulées.

Dès ce soir, j'étudierai les plaintes avec eux. En attendant, je retourne le cahier, je l'intitule "Actions de grâce" et j'attends que le cahier se remplisse de toutes leurs petites joies du jour ! Y en aura-t-il ? Le suspense est entier...




15 commentaires:

  1. fantastique...
    Bravo à Ginger pour avoir initié l'idée et bravo à toi et la famille pour cette mise en oeuvre succulente!:)
    mais quelle famille formidable!
    belle journéechère Alphonsine

    RépondreSupprimer
  2. On peut noter des choses dans la cahier même si on ne fait pas partie de la famille ? Non ? Je prends l'autorisation quand même et je note, côté "action de grâce" : " Merci Alphonsine pour ce grand moment de rigolade !"

    RépondreSupprimer
  3. Quel humour vous avez tous !
    Merci Alphonsine de nous partager tout cela.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ambroise a fait une drôle de tête ce soir, en voyant le cahier retourné !

      Supprimer
  4. J'adore!!!!!! Tu m'as fait réfléchir à ce projet, longtemps mis de côté. Je vais peut être finalement lui faire voir le jour....

    RépondreSupprimer
  5. Et bien ça à l'aire de bien les amuser !
    Il y a des promesses d'écritures chez l'un de vos enfants Alphonsine !

    RépondreSupprimer
  6. c'est tordant ! vous avez un humour familial excellent. M'est avis qu'on ne doit pas s'ennuyer chez toi !

    RépondreSupprimer
  7. Je vois qu'il y a, dans votre famille, de l'humour, de l'imagination, mais aussi de bonnes vraies revendications bien concrètes, surtout au sujet de la vaisselle. Tu pourrais leur ouvrir un blog à chacun, ils auraient vite un succès fou !

    RépondreSupprimer
  8. Bon, je n'ai pas tout lu, les phrases sont effectivement trop longues. Mais ce que j'y ai lu est vraiment drôle.... Toutefois, chez moi, les chaussures ont également, élu domicile dans l'entrée. C'est déplorable !

    RépondreSupprimer
  9. Il est environ 8h30 et j'ai eu mon premier fou rire de la journée. Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je penserai dorénavant à poster mes articles le matin tôt pour te permettre de bien commencer ta journée !
      Merci pour ta visite, et @ très vite !

      Supprimer
  10. De l'esprit, de l'humour, de la répartie... vous ne devez pas vous ennuyer, en famille... :)

    RépondreSupprimer
  11. A défaut d'être extrêmement productive, la main courante est un formidable révélateur des talents d'écriture de la famille, je dois dire que sa retranscription m'a beaucoup amusée !

    RépondreSupprimer
  12. Tout simplement délicieux, on devine les différents caractères au travers des écrits et on ressent la complicité familiale ! A conserver absolument...

    RépondreSupprimer
  13. je te propose de t'envoyer mon Tanguy en stage, histoire qu'il fasse une belle paire avec Ambroise.... j'avais l'impression de VIVRE la scène!! ;-)

    RépondreSupprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.