Des nœuds dans mon fil

samedi 19 mai 2012

EuropaPark

Chose promise, chose due : j'ai emmené Albert à EuropaPark. Je tiens toujours mes promesses, même et surtout trois années après les avoir faites !

Nous sommes vaillamment partis, chacun muni d’un sac à dos contenant notre pique-nique : il était prévu d’exploiter chaque minute de notre périple et de déjeuner dans les longues queues menant aux manèges les plus fous. Première halte pour attendre le bac qui nous a fait traverser le Rhin, deuxième halte à l’arrivée au parking.

Notre programme était réglé comme sur du papier à musique : Alphonsine emmène Albert jusqu’au parc, Albert conduit Alphonsine vers les manèges à succès. Et pour commencer, celui qui est le plus éloigné de l’entrée : le Wodan. Tout nouveau, construit en bois, une armature incroyable, des décors époustouflants. A peine montée sur le manège, et celui-ci parti, j’ai imploré qu’on arrête tout et qu’on me laisse descendre. Personne ne m’a entendue, je suis donc montée au sommet des montagnes russes pour en descendre à une vitesse vertigineuse. Les virages, les courbes, les accélérations, les montées… et la fin. Je suis descendue avec la certitude absolue qu’il fallait recommencer au plus vite.


Le « Blue-Fire » est très récent également, et je me suis précipitée. Mais en faisant la queue, j’ai compris mon malheur en observant la structure : une boucle et des vrilles : le train tourne sur lui-même en avançant ce qui fait qu’on a la tête en bas. Deux vrilles… je ne survivrai pas, c’est sûr. Je suis très résistante aux manèges, j’ai peur, et pourtant j’adore ça. Mais cette fois j’ai connu mon maître. Après un démarrage en trombe : on est propulsé à 100 km/h en quelques secondes, les montagnes russes succèdent aux grands huit. Puis j’ai fermé les yeux dans la boucle et dans les vrilles. Et puis, presque à la fin, lorsqu’on s’apaise parce que le tour est fini, il y a eu une nouvelle accélération et une vrille dans l’autre sens. Pire que les deux premières. Affolant. Effrayant. Je suis descendue du manège, et nous avons couru pour reprendre notre place dans la file d’attente pour revivre cet événement les yeux ouverts cette fois. Fantastique…



Ensuite, nous avons enfilé les grands manèges que nous connaissions déjà : l'Euromir, l'Eurosat et le Silver Star. Puis, pour nous reposer des manèges très calmes comme le petite train de la mine, le bateau qui se balance, les bûches, le bobsleigh... Nous avons pris notre pique-nique en faisant la queue pour ne perdre aucune seconde. Et par chance, c'était un jour où il y avait peu de monde. Il fallait compter 15 minutes de queues pour les grands manèges, aucune attente pour les plus petits.

Vers 15 heures, j'étais malade. C'était bien la première fois de ma vie que j'ai eu des nausées ! Je n'aurais jamais dû prendre mon pique-nique en une fois, mais le répartir sur une durée plus longue. Un café tassé, une pause salutaire, et nous avons repris notre course effrénée dans les manèges.

Nous sommes rentrés, heureux, radieux, ravis d'avoir passé une journée à deux, et nous avons conclu que la visite d'un tel parc, pour être rentable, devait se faire à deux. A partir de trois, on perd du temps à discuter pour savoir où aller. Et finalement, le prix élevé de l'entrée du parc pour faire autant de tours de manèges, c'est donné !!!


8 commentaires:

  1. Ooh la vache , toi tu n'as peur de rien,
    c'est mossieur alphonse en personne qui t'a accompagnée ? ou albert 1, 2,3 ou 4 ? non il est trop petit.
    on m'avait dit que le vendredi était le bon jour pour ce parc , tu es bien tombée veinarde !
    bises
    sissi

    RépondreSupprimer
  2. J'aime bien l'idée de visiter le parc à 2, parce que sinon on perd du temps à discuter pour savoir quel manège sera le suivant ... J'avoue, je ne suis jamais montée dans un grand 8 ou autres manèges du même style.... j'aurais peur de rendre mon estomac sur les touristes restés en bas...

    RépondreSupprimer
  3. Même si je n'ai pas d'attirance particulière pour les manèges "à sensations", je me doute de comment cette journée a dû être appréciée !
    (et je garde un excellent souvenir d'une virée à EuropaPark il y a pas loin de 25 ans... )

    RépondreSupprimer
  4. Je me disais bien que tu avais une âme d'aventurière !

    RépondreSupprimer
  5. Cousine Jeanne20 mai 2012 à 20:13

    Je suis admirative Alphonsine de ton goût du risque et de ta témérité !
    C'est bien simple , moi c'est tout le contraire , je déteste avoir peur !!!

    RépondreSupprimer
  6. Ah ah, à moi Europapark la semaine prochaine, mais pour 3 jours ... heureux cadeau de départ pour monsieur de ses collègues ! En plus on sera 9 !
    Tu ne nous as pas raconté comment tu avais vendu le fait de partir à deux ; vieux pari ? Promesse sur un coup de tête ? En tout cas, tu as bien raison d'en avoir profité, mais lus on vieillit, moins on supporte !

    RépondreSupprimer
  7. bbbfran/3B.fran@orange.fr21 mai 2012 à 18:22

    Rien que de voir les photos, j'ai mal au coeur et la tête tourne! Cela doit être dû à mon "grand âge" ;) Gros bisous, douce semaine.

    RépondreSupprimer
  8. Waaaaaaaaaaaaaaaaw alors là je m'incline. Le blue fire je l'ai fait 1 fois car je voyais les yeux de mon amoureux et je voulais lui faire plaisir. Heureusement, je le sentais et j'ai gardé celui ci pour la fin. J'étais malade jusqu'à 20h :)
    J'adore partir seule avec lui à Europapark, nous sommes pour nous, nous profitons, ne nous chamaillons pas... Mais par contre plus le temps passe et plus ça me fait de la peine de partir seule avec lui car je deviens de moins en moins aventurière (j'adore la grotte des pirates par exemple ^^) et donc ça le pénalise un peu...mais c'est ça ou les nausées!
    Encore bravo, je suis admirative!

    RépondreSupprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.