Des nœuds dans mon fil

vendredi 31 août 2012

Voyager forme la jeunesse

Je ne pense pas que voyager forme la jeunesse, mais plutôt que voyager permet de conserver la jeunesse... 

A moins que "voyager forme la jeunesse" s'adresse aux jeunes, et que "voyager conserve la jeunesse" s'adresse aux plus âgés...

Albertine ayant décidé de s'inscrire dans une école de couture à Fribourg, j'ai entrepris toutes les démarches administratives pour elle. Une montagne de courriers, de coups de fil (en langue française ou alémanique). Des kilomètres parcourus à travers la ville pour me renseigner directement dans les agences (pour le téléphone, les assurances...). Ne croyez pas qu'Albertine n'ait rien fait, de son côté elle accomplit les tâches qui lui étaient dévolues.

C'est au cours de ces démarches que j'ai compris qu'il fallait garder l'esprit leste et jeune. Pourquoi mes interlocuteurs ne comprenaient donc pas quand je leur demandais les tarifs pour les portables ? Parce qu'en Suisse romande on parle de NATEL ! Une fois le vocabulaire décrypté, les choses sont miraculeusement plus faciles !

Au bout du compte, on fait des comparaisons France-Suisse. Certes, il faut s'inscrire à la mairie dès son arrivée dans une ville, les démarches sont payantes et peuvent sembler inutiles. Mais en contre-partie, on peut téléphoner aux administrations. Il y a des lignes directes, on trouve facilement les numéros sur Internet ou sur les courriers. Chose encore plus surprenante pour qui est habituée des administrations françaises, un préposé répond au téléphone. Et non seulement il répond, mais il y une réponse à donner. Tous mes interlocuteurs ont toujours été aimables, polis, disponibles, soucieux de m'apporter une aide concrète. Ils sont d'une efficacité admirable.

Et pour le reste, que ce soient les écoles, les assurances, l'ouverture d'un compte en banque, il n'est nullement besoin de justificatifs, ou de dizaines de pages de renseignements à donner. Pour ouvrir un compte, on donne verbalement son adresse, on montre sa carte d'identité, et tout est terminé. Pour s'inscrire dans une école, c'est une simple feuille A4 recto. (à titre de comparaison, je viens d'inscrire Aelred en quatrième, c'est 10 pages de formulaire que j'ai remplies, sans compter les documents à fournir, et j'attends ceux de la rentrée). Et pour souscrire une assurance, on se contente de donner verbalement son nom, sa date de naissance et son adresse... 

Le plus amusant a été le passage à la frontière. La Suisse n'étant pas dans la CEE, il faut prendre la file des poids lourds, entrer sur leur parking. On se sent petit dans la voiture familiale au milieux de ces mastodontes. Albertine, suivant les instructions, avait fait une liste de son "déménagement" : un carton de vêtements, une ménagère, instruments de cuisine, un vélo, un mini-four et une plaque (rien de transcendant !). La procédure est simple : on se rend au guichet français pour dédouaner son matériel. Une fois le papier tamponné, on se rend au guichet suisse pour déclarer son matériel. Cette fois, les services des deux pays se sont rejoints dans un état perplexe : que faire de ce déménagement ? Faut-il vraiment déclarer ce chargement sans valeur aucune ? Et les deux se sont rejoints dans l'accomplissement consciencieux de leur service en nous faisant procéder aux démarches requises. 

Je ne regrette pas de m'être arrêtée à la douane, c'était vraiment amusant de voir des douaniers hilares au bout du couloir. Albertine, occupée à remplir un formulaire ne les voyait pas. Ils ont lancé un bâton en plastique tout à côté d'Albertine qui a hurlé lorsque leur chien s'est jeté sur le bâton !

A présent elle est installée, elle est heureuse, et nous en sommes ravis pour elle.

Mais tout n'est pas fini pour moi, je vais encore rajeunir : j'installe Aymeric à Anvers à la fin du mois !

6 commentaires:

  1. C'est bien, ça va pas être fatigant du tout ta rentrée ! Roulez jeunesse !

    RépondreSupprimer
  2. Très intéressant tout ça ! Effectivement, quand on compare aux démarches de chez nous...
    Tu nous raconteras comment c'est à Anvers ?

    RépondreSupprimer
  3. bon courage pour la suite , tu parles néerlandais aussi ?pôvre petite mère plus que 4 enfants à la maison..
    gros bisous
    sissi

    RépondreSupprimer
  4. Et c'est lorsque tout le monde est rentré (j'entends à l'école...) qu'on se rend compte que la maison est bien vide... un petit coup de solitude parfois, ça fait vieillir...

    RépondreSupprimer
  5. Pffiou... Tu ne chômes pas Alphonsine ! J'espère que tu t'accordes une pause pâtisserie de temps en temps pour affronter tout ça !

    RépondreSupprimer
  6. très intéressant, ton billet ! Comme j'ai toujours vécu en Suisse, je suis habituée à l'administration de ce pays. Ce n'est que lorsque j'ai travaillé dans une entreprise Franco-Suisse que j'ai réalisé que tout n'est pas toujours aussi simple, par exemple lorsque l'on veut joindre certaines administration française par téléphone.

    Bonne chance pour Antwerpen... et bonne école de couture pour ta fille
    Linon

    RépondreSupprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.