Des nœuds dans mon fil

lundi 4 juillet 2011

La place à table (troisième partie)

Côté parent, les choses ne sont pas plus aisées, il faut tenir compte de plusieurs facteurs avant de se décider. Généralement, on peut envisager deux méthodes :

Méthode anglaise :

On opte pour les extrémités de table. Ainsi, il est bien plus facile de surveiller l’ensemble des troupes. Le regard balaye la table d’un coup d’œil. On repère facilement le coude sur la table, la fourchette mal tenue, rien ne nous échappe, tout se voit. Mais on se trouve éloigné des deux enfants assis au milieu qui en profitent largement. Parfois on préfèrerait manger avec des œillères, une visière et des bouchons dans les oreilles, ce serait plus paisible.
Par contre, il ne faut pas espérer pouvoir communiquer avec son conjoint, il n’y a que peu de chance de se faire comprendre, on ne peut parler qu’en hurlant au-dessus de la foule que sont nos enfants. Il vaut mieux reporter à plus tard l’information importante à communiquer.

Méthode française :

Je pense que c’est la raison pour laquelle les français ont opté pour la place au milieu de la table pour les parents. Côté communication, c’est plus facile, même s’il vaut toujours mieux savoir lire sur les lèvres de son conjoint.
Cette méthode a aussi ses inconvénients : Si on regarde vers la droite, la partie gauche de la table nous échappe, si on regarde vers la gauche, la partie droite de la table nous échappe. Les enfants savent profiter de la situation, à moins qu’il n’y ait un accord parental au début du repas : tu surveilles à ta droite et moi aussi (à ma droite). Vous allez rire, mais l’idée me vient en vous écrivant. Je teste au prochain repas que mon mari prendra avec nous.

L’inconvénient majeur de ce choix est le travail  incessant qui consiste à faire passer le sel à droite, le pain à gauche, le sel à gauche (pourquoi ne pouvait-il pas se servir tout de suite), le pain à droite (pourquoi ne pouvait-il pas se servir en même temps que les autres ?) Les enfants ont ceci de particulier qu’ils ne peuvent se décider au moment où ce serait pratique. Ils ont soif, envie de pain, de fromage ou d’autre chose pourvu que ce soit de l’autre côté de la table.

Mais pourquoi les parents ne mangent-ils pas à part ? Je ne vois qu’une seule réponse à ce choix : sinon la maman fait deux repas du soir !

(Fin de l’aventure des places à table. Vous aurez compris qu’elle dure tant qu’il y a des enfants à la maison)

2 commentaires:

  1. Ben zut, et si j'ai une table ronde, je fais comment ???
    C'est nous, les places ET les sièges sont attribués, je ne sais pas trop comment ça s'est fait, donc pas de soucis de ce coté. Interdiction de se couper la parole, à un moment les enfants devaient même lever la main sinon ils parlaient tous en même temps avec un niveau sonore à la limite du supportable ! Des fois ça marche, d'autres fois pas ...

    RépondreSupprimer
  2. Et bien, je crois que je vais m'arrêter à trois .

    RépondreSupprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.