Des nœuds dans mon fil

dimanche 31 juillet 2011

La promenade en famille (2)

J’ai fait une belle promenade en famille il y a 4 ans, alors que j’habitais en appartement. Une amie m’avait même, comble de l’inconscience, confié un de ses enfants. C’est donc avec sept enfants que je suis sortie de mon appartement. Au moment de fermer la porte, je me rends compte qu’une clef est restée à l’intérieur, de sorte que je ne pouvais verrouiller ma porte. J’ai ressenti un moment de flottement, et de solitude renforcée par l’absence de mon mari.

Nous sommes partis, j’ai gardé le secret pour moi. Quelle promenade, les enfants étaient dans la joie. Pour me mettre au diapason, j’ai essayé d’oublier le retour. Mais il a bien fallu rentrer  un jour… En me garant, j’annonce que je ne peux plus rentrer dans l’appartement. J’ai dû répéter ma phrase plusieurs fois, mais il n’y a eu aucune réaction… trop contents de pouvoir jouer encore dans la cour de l’immeuble, les enfants sont restés insensibles à mon annonce.

J’ai poussé une vieille table en plastique près d’une de mes terrasses. Par-dessus, j’ai positionné, dans un équilibre précaire, une chaise qui traînait par là. M’agrippant à la rambarde, je me suis hissée jusqu’au balcon. J’ai attrapé le banc, replié les pieds, et à l’aide de ce bélier improvisé, j’ai voulu casser une vitre. Aucun effet… J’ai découvert que c’était du verre anti-infraction.

Une des voisines est venue à point pour déposer ses poubelles dans le conteneur. Je lui ai exposé mon soucis. « Il paraît qu’il est possible d’ouvrir une porte non verrouillée à l’aide d’une radio ». Elle file chez elle, et revient avec une radio. Je ne sais pas si c’est une rumeur, toujours est-il que nous n’y sommes pas arrivées. Je lui demande alors un marteau dans le but de grimper sur mon autre terrasse, celle qui donne sur la cuisine. « Mais maman, pourquoi veux-tu casser un carreau ? Nous, quand on est enfermé dehors, on donne des coups de pied dans la porte, et elle s’ouvre toute seule ». Je le regarde, la bouche ouverte, l’air niais. « Pardon ? » « Quand on joue, et que machin m’enferme dehors, il suffit que je donne des coups de pied dans la porte pour qu’elle s’ouvre ».

CQFD… J’ai ramené mon installation instable sous l’autre balcon. J’ai grimpé sous l’œil attendri de mes enfants, j’ai escaladé la rambarde, et j’ai mitraillé la porte avec mon pied, en suivant point par point les conseils de mes enfants ravis. C’était un réel « Sésame ouvre-toi ». La porte s’est ouverte… Le soir ils ont eu des gaufres, ils les méritaient !

Morale : On a toujours besoin d’un plus petit que soi.
Leçon : Il faut laisser les enfants faire des bêtises, ça peut être instructif.



3 commentaires:

  1. T'as oublié de donner ton adresse Alphonsine !!!!
    et ensuite j'arrive avec une remorque !!!

    RépondreSupprimer
  2. Excellent!!!!!! Je la retiens celle-là!

    RépondreSupprimer
  3. J'aime bien ta deuxième morale.... Les bêtises des enfants...

    RépondreSupprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.