Des nœuds dans mon fil

mercredi 19 octobre 2016

Payer pour rester fidèle

La fidélité était sans faille il y a 50 ans : la ménagère allait chez le commerçant du quartier, le boucher, le boulanger, l'épicier, et faisait son marché une à deux fois par semaine. Les commerçants étaient de vrais commerçants comme il y en a de moins en moins, polis, respectueux, et reconnaissant vis-à-vis de leur pratique.

Le charcutier n'hésitait pas à donner le talon du jambon, le boulanger offrait de délicieux caramels aux enfants, la maraîchère pesait les carottes dans une balance de Roberval et lorsque le plateau penchait jusqu'à toucher le socle, elle rajoutait encore 4 carottes pour la forme et en offrait une, fraîchement grattée pour être mangée sur place.

A l'époque de la balance digitale, les commerçants ont oublié de rester commerçants. Ils sont devenus des calculateurs aussi précis que leurs balances. Et comme ils n'ont plus à compter de tête (2 kg X 3 Francs) parce que leur machine intègre les calculs savants (0,562 kg X 2,76 Euros), ils demandent sans sourciller le total de 1,55 Euros. A ce stade, ils pourraient arrondir, juste pour faire semblant, mais non, un sou est un sou. Pourtant, le client reste un client.

Est venue alors la mode des cartes de fidélité. Comme le commerçant-gérant a commencé à avoir multitude de clients, il a créé la carte à tamponner à chaque passage, avec, à la clef, une réduction au bout de 10, 20 ou 30 achats. Tout le monde était content : le commerçant d'avoir fidélisé son client, le client de pouvoir bénéficier d'une réduction.

Malheureusement, le commerçant s'est senti lésé. Non content d'avoir un client fidèle (c'est pourtant bien précieux), il a voulu pouvoir récupérer ce qu'il offrait à son client. En pratique, il s'est mis à vendre sa carte de fidélité. Mais où se trouve alors la contre-partie de ma fidélité si je dois payer pour rester fidèle ? A chaque fois qu'un commerçant me propose une carte payante, je fais un rapide calcul pour savoir à partir de quel moment elle sera vraiment rentable : jamais, sauf à acheter du tissu /de l'outillage / des livres une fois par semaine.

Alors amis commerçants, sachez que je ne joue pas à payer pour rester fidèle, et encore moins à payer la réduction que vous allez peut-être me faire si la somme totale de mes achats dépasse celle que vous avez fixée. Il n'y a plus de jeu, vous gagnez à tous les coups...



 

13 commentaires:

  1. payer pour une carte de fidélité! c'est vraiment du jamais vu!
    je suis une cliente extra-fidèle (il faut vraiment qu'il se passe des choses graves pour que je change de pratique) et je constate aujourd'hui que même le petit 1 centime, on ne t'en fait pas cadeau ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'assure que ça se répand de plus en plus. Moi aussi je suis extra-fidèle !

      Supprimer
  2. J'ai de la chance alors ! Nous avons régulièrement en cadeau un bouquet de basilic, une poignée de tomates cerises par "notre" maraîcher", le marchand de galettes offre toutes les semaines aux enfants qui m'accompagnent leur petit gâteau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tu as de la chance. J'ai abandonné le marché à cause des grammes et des centimes. Si ce n'est pas pour avoir de bonnes relations, on peut tout aussi bien aller ailleurs...

      Supprimer
  3. Tu as raison Alphonsine, non seulement elle est payante mais comme si cela ne suffisait pas, elle est limitée dans le temps...autant dire que tu n'en profites jamais ! Quand ce ne sont pas les prix qui ont été gonflés pour compenser la réduction...

    RépondreSupprimer
  4. l'arnaque ! Nous essayons aussi d'être le plus fidèles possible chez les commerçants du quartier, au point de finir par nous en faire des amis, ça c'est gratuit et ça rapporte gros à tout le monde ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime aussi les bonnes relations. On papote un peu, on se connaît, ça fait du bien de ne plus être anonyme !

      Supprimer
  5. je ne prends jamais les cartes de fidélité quand elles sont payantes. et de plus en plus je refuse celles qui sont gratuites. Au moins je n'ai aucun scrupule a aller ou bon me semble et si possible chez le petit commerçant du quartier!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je prends toujours les gratuites, quitte à ne pas les utiliser parce que je ne suis pas assez fidèle...

      Supprimer
  6. Chers commerçants ,
    Si vous connaissiez Alphonsine , vous n'auriez jamais établi des règles du jeu si partiales. NE savez-vous donc pas à quel point elle déteste quand il n'y a pas d'enjeu et aucune chance de gagner?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, la, la, So, il me semble que je me dévoile trop sur ce blog ! Tu commences à bien me connaître !

      Supprimer
  7. Je refuse systématiquement les cartes de fidélité payantes également ! Je n'en ai pas compris l'intérêt pour le client....
    Je vais au maximum dans les commerces de mon village, où je commence à être bien connue... Il n'est pas rare que les enfants aient une chouquette à la boulangerie ou que mon libraire m'offre un de ces livres promotionnels qu'ils reçoivent... Et puis, il y a le brin de causette aussi !

    RépondreSupprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.